Pourquoi les enfants deviennent-ils obèses

Avril 2015

Symbole d'innocence et de pureté, voilà que l'enfant, lui aussi, se trouve pris dans le fléau de l'obésité et parfois de manière très précoce, avec d'importantes conséquences sur sa future vie d'adulte.
Pourquoi ? A qui la faute ? Comment enrayer l'épidémie ?
Autant de questions qui suscitent l'émulation auprès des chercheurs et des pédiatres.
Problème : les réponses sont multiples et donc la solution complexe.
Regards sur quelques unes des pistes avancées.

Les chiffres


Au cas où un coup d'oeil dans une cours de récréation ne suffirait pas, les chiffres en témoignent.
En France, l'excès de poids touche autour de 20 %des enfants, dont environ 4 %sont obèses [ 1]. Des chiffres qui auraient pratiquement doublés entre les années 1980 et 2000.
Alors à qui la faute ?
Génétique, alimentation de la mère au cours de la grossesse, absence d'allaitement maternel, rebond pondéral précoce, composition nutritionnelle des laits infantiles, télévision, grignotage, manque d'activité physique...
La liste des présumés coupable est longue, et le nombre d'interactions possibles entre ces différents items, également conséquent.

Programmation métabolique précoce : l'impact des modifications de la nutrition infantile



Pour essayer d'y voir plus clair et d'étudier l'impact possible de modifications de la nutrition infantile sur la santé des adultes, un programme de recherche regroupant seize pays européens, sur une durée de cinq ans, a été mis en place en 2005.
  • The Early Nutrition Programming Project, est coordonné par Berthold Koletzko de l'université de Munich (Allemagne) qui l'a présenté lors du congrès de la Fens en juillet 2007.

Pour lui : "Ces questions doivent être élucidées prioritairement du fait du potentiel préventif particulière ment important de l'optimisation de la nutrition dans les premiers mois de vie sur la santé à long terme et le bien-être."
  • Ce programme intègre un essai d'intervention destiné à connaître l'impact à long terme chez des enfants en bonne santé d'un alignement de la formulation des laits infantiles sur la composition du lait maternel.

Les arguments justifiant cette étude

  • L'allaitement maternel
  • L'obésité infantile [ 2 ]
  • Un gain pondéral élevé de zéro à deux ans augmenterait le risque de surpoids à l'âge scolaire [ 3]
  • Un gain pondéral élevé et précoce multiplierait par deux ou trois le risque d'obésité à l'âge scolaire et adulte [ 4-6].

Ces éléments qui concernent la période postnatale s'associerait à ceux de la période prénatale pour établir une "programmation métabolique précoce de la santé à l'âge adulte", tendance émergente au vue des dernières études cliniques et épidémiologiques.

Se concentrer sur ces périodes

  • En encourageant l'allaitement maternel exclusif jusqu'à l'âge de quatre à six mois
  • En agissant au niveau de l'équilibre alimentaire de la mère au cours de la grossesse
  • En agissant au niveau de la composition nutritionnelle des laits infantiles.

Acides gras, obésité et agriculture


Et concernant ces orientations, les chercheurs français ne sont pas en reste.
Les travaux de Gérard Ailhaud, de l'Institut de signalisation, biologie du développement et cancer à Nice, montrent, par exemple, que des changements flagrants dans les apports alimentaires en acides gras polyinsaturés des séries omega-6 et omega-3 sont apparus chez l'homme au cours des quatre dernières décennies.

Augmentation des apports en acides gras de la série oméga 6 et dimuntion des acides gras de la série oméga 3

  • Les données, dans la population générale, montre une augmentation de 40 % de la consommation de lipides qui a conclut à une augmentation encore plus importante des apports en acides gras de la série omega-6 présents dans de nombreux produits de consommation courante (respectivement+ 250 et 230 %pour les acides linoléique et arachidonique), tandis que parallèlement, les apports en acide alpha-linolénique (sérieomega-3) ont chuté de 40 %.

Le bilan est un rapport omega-6/omega-3 quadruplé, aussi bien dans le lait maternel que dans la plupart des aliments consommés par l'enfant et l'adulte, avec les conséquences métaboliques qui commencent à apparaître via les études récentes :prévalence accrue de maladies inflammatoires et auto-immunes et de certains cancers [ 7].
  • Les acide gras oméga 3 se trouvent essentiellement dans l' huile et graine de lin, huile et noix de Grenoble, graine et huile de chanvre, soja et huile de soja, huile de colza, , poissons (Maquereau , saumon, hareng, thon, sardine....)
  • Les acide gras oméga 6 d'origine animale se trouvent dans les oeufs entiers, le beurre, l'huile de foie de morue et la graisse d'animaux.

Stimulation du développement du tissu adipeux par les acide gras oméga-6

  • Mais c'est surtout le fait que, chez l'animal, les acides gras omega-6 stimulent le développement du tissu adipeux en favorisant la formation d'adipocytes, notamment au cours de la période de gestation et de lactation, qui interpelle les spécialistes.
  • Car, si tel était le cas chez l'homme, voilà qui expliquerait, au moins partiellement, l'augmentation actuelle de la prévalence d'obésité, en particulier chez l'enfant [ 8].

Protéines et rebond Pondéral



Les lipides ont bon dos, mais en matière d'obésité infantile, les protéines, elles aussi, auraient droit à leur part de responsabilité.
C'est une des thèses retenues par Berthold Koletzko, mais aussi par l'équipe de Marie-Françoise Rolland-Cachera de l'UMR/Inserm/Inra/Cnam/Université Paris 13 à Paris.
Cette théorie repose sur le fait qu'une croissance rapide au début de la vie et un rebond d'adiposité précoce sont associés à un risque élevé d'obésité.
Ainsi, la plupart des obèses ont eu un rebond d'adiposité vers l'âge de trois ans, contre six ans dans une population de référence[ 9].

Effet protecteur de l'allaitement


Parallèlement, on note un effet protecteur de l'allaitement maternel qui peut s'expliquer, entre autre, par sa composition en macronutriments, caractérisée par une faible proportion de protéines et une proportion élevée de lipides, composition qui répond aux besoins nutritionnels du jeune enfant.
  • Or, des données collectées chez l'enfant vers l'âge de un an révèlent des apports faibles en lipides, compensés par des apports élevés en protéines.
  • Des études ont alors tenté d'évaluer l'effet de ce déséquilibre en macronutriments sur les risques futurs d'obésité.

Bien que certaines aient montré une association positive, toutes ne convergent pas dans ce sens et d'autres recherches dans cette voie sont donc encore nécessaires.
  • Néanmoins, les besoins en énergie variant avec l'âge, d'un point de vue nutritionnel, il paraît logique d'adapter les apports en fonction de ces besoins ce qui ,pour l'instant, ne semble pas être le cas.


En effet, l'évolution de la répartition des nutriments avec l'âge montre qu'au début de la vie les apports en lipides ne sont que de 28 %, puis augmentent jusqu'à 38 % à l'âge adulte, devenant supérieurs aux 35 % d'apports recommandés [ 10].

À chaque problème sa solution


Tant les causes semblent multiples, il paraît bien complexe d'éradiquer le problème de l'obésité infantile malheureusement bien souvent prédictif d'une obésité ultérieure avec ses conséquences physiopathologiques.
La solution : agir à chaque étape.

Equilibrer le rapport omega-6/omega-3


D'abord en rééquilibrant le rapport omega-6/omega-3 de la chaîne alimentaire, ce qui implique d'agir depuis l'agriculture qui conditionne la qualité de la nourriture donnée aux animaux, et donc aux hommes.

Respecter les recommandations nutritionnelles


Puis, en rééquilibrant les apports en macronutriments en respectant les recommandations nutritionnelles aux différents âges de la vie, afin de permettre aux enfants d'avoir une croissance normale et de devenir des adultes en bonne santé.
Cette étape suppose une participation des fabricants d'aliments de complément, qui doivent être encouragés à modifier leurs formulations, de même que les mères européennes doivent être encouragées dans leur démarche d'allaitement.

Ne pas oublier les conseils fondamentaux de la vie quotidienne


Toutes ces actions devraient être complétées par des conseils concernant le mode de vie, tels que limiter les activités sédentaires de type jeux vidéo, télévision, pour leur préférer les activités physiques, non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes.
Sources : Revue Nutrition Infos.

Petit obèse deviendra grand


Au cours du congrès national de la Société française de pédiatrie qui s'est déroulé en Juin 2007 à Rouen, le Professeur Patrick Tounian de l'hôpital Armand-Trousseau à Paris a insisté sur l'importance d'agir chez l'enfant dès les premiers signes de surpoids, et même, de risque de surpoids.
En effet, explique-t-il : "Plus de la moitié des enfants obèses à 6 ans resteront obèses à l'âge adulte, de même que 70 à 80 % de ceux de plus de 10 ans, de sorte que plus l'obésité se prolonge dans l'enfance, plus elle risque de persister."
Mais pour Patrick Tounian rien ne sert de faire de la prévention à tout va au risque d'induire des troubles du comportement alimentaire chez les enfants qui ne sont pas prédisposés à l'obésité. "Il faut au contraire cibler la prévention sur les enfants à risque, ce qui implique un dépistage précoce par le médecin qui devra alors mettre en place une prise en charge immédiate de l'enfant."
Source Revue Nutrition infos

Hérédité et télévision en cause


Une équipe du service de pédiatrie du CHU de Toulouse a publié en juin dernier les résultats d'une étude sur les facteurs associés au surpoids chez les enfants d'âge préscolaires dans le Sud de la France.
La prévalence de surpoids chez les 1 780 enfants d'environ quatre ans ayant participés à cette enquête était de 9,1 %.
La présence de surpoids ou de diabète dans la famille, un excès pondéral au cours des deux premières années de vie, ainsi qu'un temps passé devant la télévision supérieur à une heure par jour étaient associés positivement avec le surpoids.
L'identification de ces facteurs pourrait permettre un meilleur diagnostic des enfants à risque afin d'agir à titre préventif.
Source : Jouret B, Ahluwalia N, Cristini C, Dupuy M, Nègre-Pages L, Grandjean H, Tauber M. Factors associated with overweight in preschool-age children in southwestern
Source Revue Nutrition infos

Bibliographie


Références :

1


[1] Rolland-Cachera MF, CastetbonK, Arnault N, Bellisle F, Romano
MC, Lehingue Y et al. Body mass index in 7-9-y-old French children:frequency of obesity, overweight and thinness. Int J Obes Relat Metab Disord 2002; 26[12]:1610-1616.

2


[2] Arenz S, Rückerl R, Koletzko B, von Kries R. Breast-feeding and hildhood obesity--a systematic review. Int J Obes Relat Metab Disord. 2004 Oct; 28(10):1247-56.

3


[3] Andre Michael Toschke; VeitGrote; Berthold Koletzko; Rüdigervon Kries. Identifying Children at High Risk for Overweight at School Entry by Weight Gain During the First 2 Years. Arch Pediatr
Adolesc Med. 2004; 158:449-452.

4


[4] Baird J, Fisher D, Lucas P, Kleijnen J, Roberts H, Law C. Being big or growing fast: systematic review of
size and growth in infancy and later obesity. BMJ. 2005 Oct 22; 331(7522):929. Epub 2005 Oct 14.

5


[5] Monteiro PO, Victora CG. Rapid growth in infancy and childhood and obesity in later
life--a systematic review. Obes Rev. 2005 May; 6(2):143-54.

6


[6] Ong KK, Loos RJ. Rapid infancy weight gain and subsequent obesity: systematic reviews and hopeful suggestions. Acta Paediatr. 2006 Aug; 95(8):904-8

7


[7] Massiéra F, Guesnet P, Ailhaud G. Omega 6/omega-3, quel rapport avec l'obésité de l'enfant ? Actes des 9è
Entretiens de nutrition de l'Institut Pasteur de Lille, 6 juin 2007.

8


[8] Ailhaud G, Massiéra F, Weill P et al. Temporal changes in dietary fats : role of n-6 polyunsaturated fatty acids in excessive adipose tissue development and relationship to obesity. Prog
Lipid Res 2006; 45:203-236.

9


[9] Rolland-Cachera MF, Deheeger M, Maillot M, Bellisle F. Early adiposity rebound: causes and consequences for obesity in children and adults. Int J Obes [Lon] 2006; 30S4:S11-S17.

10


[10 ] Rolland-Cachera MF, Péneau S, Bellisle F. Protéines et nutriments énergétiques : quelle répartition
pour la croissance ? Actes des 9è Entretiens de nutrition de l'Institut Pasteur de Lille, 6 juin 2007.
Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
Pourquoi-les-enfants-deviennent-ils-obeses.pdf

Publi-information
Publi-information

A voir également

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du


Why do children become obese
Why do children become obese
Causas de la obesidad infantil
Causas de la obesidad infantil
Warum werden immer mehr Kinder fettleibig?
Warum werden immer mehr Kinder fettleibig?
Ce document intitulé « Pourquoi les enfants deviennent-ils obèses » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.