Retard de langage

Juillet 2015
Petit retard, prononciation maladroite ou vrai souci... Petit tour d'horizon des troubles de la parole et du langage.

11 mois


Il a 11 mois bien sonnés et pas un mot reconnaissable ne sort de sa jolie bouche.

Pas de panique ! Même si certains scientifiques notent des constantes (le développement du langage ne débuterait que quand le cerveau de l'enfant a atteint environ 60 à 70 % de la taille de celui de l'adulte), il n'en demeure pas moins que chaque enfant organise ses progrès à sa manière.

Alors que la plupart se lancent tête baissée dans un babillage qui va lentement prendre sens, d'autres préfèrent commencer par structurer leurs connaissances linguistiques avant de se lâcher. Ils parleront plus tard, mais d'emblée mieux.

Vérifier l'absence d'otite


Pour rester sereins, il est tout de même utile s'assurer que rien n'empêche bébé de bien entendre. Les retards de langage dus à une otite séreuse sont légion !

18 mois


En l'absence de tout problème d'audition, une pénurie de mots à 18 mois doit amener les parents à consulter un orthophoniste qui recherchera une éventuelle dysphasie.

2 ans


Entre 20 mois et 2 ans et demi, un enfant devrait être en mesure d'assembler deux mots.

3 ans


Vers 3 ans, un jargon incompréhensible est également un signe qui doit alerter.

Dysphasie


Encore méconnu du public, la dysphasie est un trouble de l'apprentissage et du développement du langage oral qui toucherait 1% de la population scolaire française.

Ni sourd, ni autiste, ni intellectuellement déficient, l'enfant dysphasique peut cumuler plusieurs difficultés : phonologiques (il prononce mal les mots), syntaxiques (mots dans le désordre), sémantiques (un mot pour un autre). *Néanmoins, il comprend bien ce qu'on lui dit et il cherche activement à se faire comprendre.

D'ailleurs, la frustration de ne pas y parvenir déclenche parfois des comportements agressifs. Une prise en charge précoce, qui passe souvent par le développement de techniques de communication non verbale (mimogestualité), pourra pallier une grande partie des difficultés de l'enfant.

Gros navion


« Mon fils parle bien, mais il persiste dans certaines erreurs. Celle qui me fait le plus sourire : le gros navion qui vole dans le ciel... Qu'est-ce qui fait que beaucoup de petits tombent dans le même panneau ' ».
Pour un petit enfant, l'une des principales difficultés consiste à identifier les mots dans une phrase. Pour se repérer, bébé repère les frontières entre les mots en se basant sur la vraisemblance de l'existence d'une syllabe au c'ur du mot. Par exemple, quand on lui parle d'"une poule" il perçoit d'emblée que la succession "np" n'est pas en usage dans le français et ne peut donc pas faire partie d'un mot. Par contre, dans le cas d'une abeille, il se laissera facilement piéger par le "na", très fréquent dans notre langue. D'où la "nabeille", le "nours" et le "navion".

Zozotement


Attendrissant chez un petit enfant, le zozotement (ou zézaiement) devient vite un sujet d'inquiétude pour les parents.

En fait, ce défaut d'articulation est d'origine mécanique : c'est la langue la responsable. Elle vient se placer entre les arcades dentaires ou trop près des incisives alors qu'elle devrait sagement rester en retrait.

Cette mauvaise habitude est le plus souvent imputable à un recours à la tétine ou au pouce trop prolongé : à chaque consonne sifflante, la langue de l'enfant vient d'instinct se loger entre ses dents, comme pour téter.

En règle générale, ce défaut disparaît vers 3 ou 4 ans. S'il persiste, quelques séances d'orthophonie devraient suffire à en venir à bout.

A noter : quelques adultes souffrent encore de zézaiement ou de chlintement (le "s" étant écrasé par une pression de la langue contre la voute palatine) mais leur langue n'y est pour rien. Il s'agit alors d'un trouble de la perception du son.

Bégaiement


Loin d'être anodin, le bégaiement concerne environ 1 % de la population, soit la bagatelle de six cent mille personnes en France, dont les trois quarts sont de sexe masculin...

A noter, les enfants de moins de 3 ans ne sont pas pris en compte dans ces statistiques car, pour eux, le bégaiement a de fortes chances de n'être qu'un trouble passager qui s'estompera de lui-même après le troisième anniversaire.

En revanche, si le bégaiement persiste ou s'il fait son apparition sur le tard (après 3 ans), il ne faut pas le prendre à la légère et mettre en place une prise en charge orthophonique rapide, à base d'exercices de respiration, de prise de parole et de gestion du corps.

Aujourd'hui encore, l'origine du bégaiement n'est que partiellement connue. *On sait que certaines formes peuvent être d'origine physiologique et dues à des troubles neuromusculaires. On connaît aussi l'importance de facteurs psychologiques (émotivité, anxiété).

Et depuis quelques années, les chercheurs s'orientent également vers une source génétique, motivés par le fait que plus du tiers des bègues sont issus de familles qui comptent des bègues.

Dominique Fidèle
Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
Retard-de-langage .pdf

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du


Publi-information
Publi-information

A voir également


Sprachstörungen
Sprachstörungen
Ce document intitulé « Retard de langage » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.