Crise d'adolescence

Mai 2015

Crise d'adolescence


Traditionnellement décrite comme une épreuve obligatoire marquant le passage de l'enfance vers l'âge adulte, la crise d'adolescence suscite beaucoup d'interrogations, voire une certaine appréhension, chez les parents.

Psychologie


Mais qu'est-ce au juste qu'une crise d'ado ? Simplement, l'un des bouleversements majeurs que connaît chaque individu au cours de son existence. Davantage que d'autres peut-être, ce moment de la vie réclame beaucoup d'attention et de sérénité de la part des adultes.

Les manifestations parfois spectaculaires de la crise d'adolescence - fugues, comportement de mise en danger (alcool, drogue, anorexie...), violence tournée vers les autres (délinquance, jeux dangereux) ou contre soi-même (suicide) - alimentent et accentuent les représentations anxiogènes de cette période de la vie.

Mais tous les ados n'entrent pas « en crise », et le monde des adultes confond souvent un peu vite toute une classe d'âge avec une minorité un peu plus visible qui sait faire parler d'elle !

Enfin, il faut bien avoir à l'esprit que l'impact socio-psychologique du phénomène naturel de la « crise d'ado » ne rend nullement compte de cette réalité identifiée depuis l'antiquité : la crise d'adolescence correspond avant tout à une métamorphose physique et psychologique de l'individu entre 13 et 18 ans.

Changements qui touchent la personne


Les transformations morpho-psychologiques amorcées dès la puberté deviennent plus nettes et s'affirment de manière visible. Apparition des caractères sexuels secondaires : pilosité, mue de la voix, tétons douloureux... pour le garçon ; poitrine, hanche, pilosité... chez la fille.

La personnalité est, elle aussi, sujette à transformation. Rebelle et extravertie ou au contraire effacée et repliée, la personnalité des ados conditionne des réactions différentes face à l'angoisse que peut représenter pour eux le fait de devenir adulte.

Apprendre à gérer ses désirs - notamment sexuels -, son émotivité et son impulsivité, mais aussi les contradictions entre une dépendance économique et affective à l'égard de la famille et la volonté de s'en émanciper, constituent autant d'épreuves inconscientes auxquelles les adolescents n'apportent pas tous la même réponse.

Opposition


Si la relation enfant-parent est soumise à quelques tensions, cela ne suffit pas à établir le diagnostic d'une situation de crise. Bien souvent, les parents sont à l'origine de ces tensions, notamment quand ils ne parviennent pas faire le tri entre leur refus inconscient de voir grandir leurs enfants et les très réelles transformations de ces derniers.

Discuter, négocier, expliquer : l'équilibre entre permissivité et autorité est à ce prix. Ces trois attitudes permettent aux parents d'affirmer leur point de vue et de faire respecter leur autorité, et aux enfants de trouver des espaces d'échanges où ils peuvent se construire, y compris dans la confrontation.

Le principe du « je me pose en m'opposant » reste un fondamental qui borne les relations des adolescents avec les adultes. L'adolescent cherche à s'éloigner de ses parents. Rien de plus normal. L'opposition reste le moyen le plus simple pour que cet éloignement ne débouche pas sur un conflit intérieur.

En rébellion par principe comme par nécessité, la plupart des adolescents développent une stratégie d'opposition qui leur permet de s'affirmer pour mieux se différencier et mettre à distance le modèle familial.

Que faire ?


Les conséquences de cette période sont, dans l'immense majorité, sans gravité : baisse des résultats scolaires, « mauvais caractère » (emportements, colères...), repli sur soi...

Echanges aussi fréquents que possible, discussions franches, mise en évidence et explication des points de blocages relationnels, sont les règles de conduites que doivent adopter les parents. Cette stratégie du dialogue constructif est toujours payante à condition toutefois de faire preuve d'une certaine patience !

Il arrive que les conséquences d'une crise d'adolescence soient graves : fugues, drogue, alcool, violence, tentative de suicide... En pareil cas, si la technique du dialogue constructif est bien sûr indispensable, elle est parfois rejetée par l'ado qui s'enferme alors dans le déni des problèmes rencontrés.

Il faut alors consulter des professionnels dès les premiers dérapages comportementaux. *Médecins généralistes, psychologues, pédopsychiatres, éducateurs... seront plus facilement entendus que le milieu familial où se cristallisent précisément les tensions.

Pour aller plus loin

Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
Crise-d-adolescence .pdf

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du


Publi-information
Publi-information

A voir également

Ce document intitulé « Crise d'adolescence » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.