Sante-Medecine
Recherche
Posez votre question »

Pollakiurie

Mars 2015


Définition


La pollakiurie n'est pas une maladie en soi, mais le symptôme relatif à plusieurs maladies urinaires. La pollakiurie se définit par une fréquence anormalement élevée des mictions, sans pour autant que la quantité d'urines journalières soit augmentée. On parle habituellement de pollakiurie au-delà de 8 mictions sur une période de 24 heures ou de la nécessité de se lever plus d'une fois par nuit pour uriner auquel cas on parle de pollakiurie nocturne. Parmi les causes, un certain nombre de maladies inflammatoires peuvent entraîner une pollakiurie comme l'urétrite, la cystite, et la prostatite chez l'homme dont des affections prostatiques sont souvent suspectées. Notamment l'hypertrophie bénigne de prostate ou le cancer de prostate. Des maladies causant une hyperactivité du muscle détrusor, muscle de la miction, sont également des causes fréquentes. De même, en cas de vidange incomplète de la vessie (on parle de résidu post-mictionnel), l'envie d'uriner provient plus fréquemment, et des mictions de plus petite quantité sont plus fréquentes dans la journée. Enfin, des origines psychologiques sont possibles.

Symptômes


Les symptômes de la pollakiurie sont les suivants :
  • des mictions plus nombreuses dans la journée ;
  • un nombre de levers la nuit pour uriner supérieur à deux ;
  • une envie plus fréquente d'uriner.

Parallèlement, d'autres signes de troubles de la miction peuvent être présents et doivent être recherchés comme la nécessité de forcer pour uriner, des gouttes retardataires, des fuites urinaires, des brûlures : ces signes orienteront la recherche d'une cause à la pollakiurie.

Diagnostic


Le diagnostic de la pollakiurie est posé à l'interrogatoire du patient, dès que son nombre journalier de mictions dépasse 8 fois par jour, ou à partir de deux levers pour uriner la nuit. Ensuite, un examen physique avec des touchers pelviens (rectal et vaginal chez la femme), un examen uro-génital et un examen neurologique sont réalisés. Un examen cytobactériologique des urines sur un prélèvement permettra de définir une éventuelle origine infectieuse à la pollakiurie. Souvent, un bilan urodynamique est effectué. Il correspond à l'analyse d'une miction complète (durée, force du jet, quantité émise) associée à une échographie post-mictionnelle pour contrôler s'il reste des urines dans la vessie. Une échographie des voies urinaires et de la prostate chez l'homme est fréquemment réalisée de même qu'une cystoscopie, un examen permettant de visualiser l'intérieur de la vessie.

Traitement


Pour traiter la pollakiurie, le traitement de sa cause est nécessaire. Une infection doit être traitée par d'éventuels antibiotiques. En cas d'hypertrophie bénigne de prostate, des médicaments visant à diminuer le volume de la prostate sont associés à des médicaments diminuant la résistance à l'écoulement des urines, les alpha-bloquants. Dans les cas mécaniques de pollakiurie les plus compliqués, le traitement chirurgical est envisagé.

Publi-information
Pour une lecture illimitée hors ligne, vous avez la possibilité de télécharger gratuitement cet article au format PDF :
Pollakiurie.pdf

A voir également

Dans la même catégorie

Réalisé en collaboration avec des professionnels de la santé et de la médecine, sous la direction du

Urinary frequency
Par Jeff le 23 juillet 2013
Polaquiuria - Síntomas
Par DRA. MARNET le 17 mars 2013
Publié par Jeff - Dernière mise à jour par christelle.b
Ce document intitulé « Pollakiurie  » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.