Sante-Medecine
Recherche
Posez votre question Signaler

Sexualite et cancer du col [Fermé]

kh007 1Messages postés jeudi 10 juillet 2008Date d'inscription 10 juillet 2008Dernière intervention - Dernière réponse le 13 janv. 2012 à 13:49
Bonjour,
Je suis étudiante en dernière année en sciences de la santé publique, section sexologie à l’université de Liège.
Je désire orienter mon mémoire de fin d’études sur « l’impact du traitement du cancer du col sur la sexualité féminine »
L’objectif de ce travail, dans un premier temps est d’identifier les problèmes et de rechercher des solutions.
Je sollicite ici votre aide.
Je vous remercie d’avance de me consacrer un peu de votre temps.
Je vous prie de croire Mesdames en l’assurance de mes sentiments les plus distingués.
Lire la suite 
Réponse
+23
moins plus
Bonjour,
Je peux probablement vous aider, à savoir que j'ai eu un cancer du col de l'utérus en stade très avancé,
j'ai subi une scoelioscopie avec élargissement des recherches, transposition d'ovaires D et G, et retiré
28 glanglions dont 1 était atteints.Ensuite, j'ai eu 25 séances de radiothérapie,6 séances de chimiothérapie,
de la curiethérapie et ensuite j'ai subi une hystérectomie élargie, le tout suivi par une équipe très compétente
à tout niveau. Cela s'est passé en 2001, je suis en rémission; car je préfére utiliser ce terme, plutôt que
guérison, mais ce n'est pas à n'importe quel prix, car la radiothérapie m'a provoquée énormément de
séquelles en tout genres: dhiarrées fréquentes, urtère abimée, donc pose de sondes JJ, j'en suis à ma
10ème, rein ne foctionnant pas correctement, vessie hypotonique, donc autosondages durant plus d'un an
pertes de sensations d'uriner suite à mon hystérectomie, douleures très fréquentes au niveau de l'estomac
accompagnées de vomissements dus à l'intensité de la douleur, et enfin j'en viens sur le plan sexualité qui
se révèle une catastrophe, car le fond du vagin étant rétréci puisque cousu, c'est plutôt douloureux au
départ, mais je suis très optimiste, donc je continue sur ma lancée avec mon mari et là depuis 4 mois
plus rien, tout simplement , il n'y a plus aucunes envies, et un zeste de sensations, voir aucunes, et nous
en avons longuement parlé mon époux et moi, suite aux épisiotomies par rapport à mes accouchements,aucuns
problèmes de rapports sexuels, suite aux interventions en rapport avec mon cancer, cela s'est dégradé sur le
plan sexuel au fil du temps, je n'arrive même plus à ressentir l'envie d'avoir un rapport, et suite à différents
essais, nous avons pu nous rendre compte que le système nerveux à ce niveau est défaillant, donc manque de
libido, d'envies, un manque d'information à ce niveau, voilà mon histoire, j'ai été traitée 6 semaines après mon accouchements et les raisons invoquées sont toutes simples, ils ont dû traité dûr, sinon je ne serai pas
là aujourd'hui à profiter des mes enfants et de mon époux, et pourtant je continue à me battre et rire très
fréquemment, car j'adore cela, c'est très important pour prendre le dessus sur ce maudit cancer, c'était ma
façon à moi de me battre durement, sans compter que mon époux est extrêment frustré, non seulement de
ne pas avoir été informé, et pour le corps médicale, à l'exeption de certaines (femmes), ce n'est pas la
priorité manifestement, étant donné que je n'ai plus de cancer, et nous trouvons cela lamentables car on
ne nous précise pas de toutes ces sequelles survenant par la suite, sans compter la fatigue, et j'insiste sur
le fait, qu'àprès autant de douleurs, il me serait très agrable d'avoir des contacts plus proches sur le plan
sexuel, mais voilà, dès que je le l'embrasse, il réagit,et ressent l'envie, mais moi non, si bien que nous ne
pouvons même plus nous embrasser, alors que ce cancer n'a pas touché notre amour que nous éprouvons
l'un envers l'autre. Dommage! mais on nous dit que j'ai de la chance de m'en être sorti! et en plus, on ne se
nourri plus du tout comme les autres, c'est le régime stricte, si je ne veux pas être plus malade que je ne suis
actuellement.En conclusion, mon époux est très remonté contre le corps médical, ce qui est tout à fait
légitime, à l'âge de 45 ans, moi je suis frustrée de ne plus jouer mon rôle de femme, bien que je sois très
féminine, et je vie entre deux feux, la joie de vivre et l'énorme déception de ne pouvoir contenter mon époux.
Vous allez probablement me trouver pessimiste, et vous vous trompé, car c'est mon optimisme jusqu'à
aujourd'hui qui me permet d'avancer ( sans pouvoir travailler), je fait tout ce que je peux, et je pense que
mon commentaire devrait vous aider pour vos études, mais comme j'ai énormément de respect par rapport
à ma chimiothérapeute, mon oncologue, gynécologue, urologue...je ne peut vous communiquer mon adresse mail,
car ils ont fait leurs travails à la perfection et je les en remercie tous les jours, et je ne leur en veut pas, car
sans toute cette équipe très compétente, je serais décédée à l'âge de 36 ans; merci de votre compréhention.

max- 25 mai 2011 à 15:53
bonjour
ma femme avait un cancer du col de l'utérus et elle l'a fait relever tout le col de l'utérus.
je veux savoir svp c'est on peux avoir un bebe ensemble ou non ? et elle peux tomber enceinte normal dans le normal comme touts les femmes ( apres un raport ou non )
merci
mamico- 24 oct. 2011 à 23:46
mais un cancers de l'utérus a 14 ans, comment est ce possible Y a t'il eu obligatoirement relation sexuelle
Coeur59- 31 oct. 2011 à 11:34
Bonjour j'ai 14 ans et je ressens des douleurs au col de l'utérus et je me demande si c'est pas un cancer est-ce possible ? (Je n'ai pas eu de rapports sexuels)
MarinaCIN2 6Messages postés lundi 21 novembre 2011Date d'inscription 22 novembre 2011Dernière intervention - 21 nov. 2011 à 20:59
max, si ta femme a fait une ablation complète du col, alors non, elle ne pourra plus avoir d'enfant ! C'est dur à dire mais c'est la vérité, si elle a juste fait une conisation d'un morceau de col, alors oui, elle peut avoir des enfants...
Coeur59, cela va surement te rassurer, il n'y a aucun symptôme de la maladie. Et tous les cancers du col sont dus à une mst appelée HPV, donc si tu es vierge, tu n'as aucun risque mais je te conseille le vaccin contre cette mst trèèèèèèès courante !
Attention, ne confondez pas cancer du col et dysplasie CIN1,CIN2 et CIN3,
ne confondez pas non plus ablation du col et conisation !
<souligne>
</souligne>
pikatchu13 4Messages postés lundi 21 novembre 2011Date d'inscription 21 novembre 2011Dernière intervention - 21 nov. 2011 à 22:54
coeur 59 tu as mal c'est peut etre que tu va avoir t'es regles !
Publi-information
Réponse
+3
moins plus
bonsoir,

Je suis étudiant en dernière année en dosimétrie médicale, et j'ai fait une pfe concernant le cancer du col d'utérus à l'université Mohammed V.

je pense que c'est une bonne idée car la traitement du col et spésialement la chirurgie fait une impact sur la sexualité féminin.

Réponse
+2
moins plus
c'est gentil mais ça je le sais mais ça ne répond pas à mon étude. je cherche des femmes qui ont eu déja un cancer traité et j'aurais bien voulu évaluer la sexualité des ces femmes.

Laurence- 5 oct. 2010 à 09:43
bonjour , je suis élève en 3°infirmière à Namur...J'aimerais axé mon TFE sur la sexualité après une intervention gynéco invalidante ( style cancer du col)..Avez vous terminer votre mémoire ? Où avez-vous trouver vos renseignements ? Pourriez-vous me filer qq tuyaux ou même votre mémoire..Non pas pour le plagier mais pour m'en inspirer...
Je vous remercie et j'espère recevoir bientôt de vos nouvelles..A voir les réponses que vous avez reçu , c'est un sujet bien d'actualité et qui préoccupe pas mal de patientes...Pourquoi encore à l'heure actuelle , les femmes ont-elles du mal à parler de leur sexualité ? L'image de la femme ne se résume pas à ses seins?
MarinaCIN2 6Messages postés lundi 21 novembre 2011Date d'inscription 22 novembre 2011Dernière intervention - 21 nov. 2011 à 21:05
bonjour, je suis une jeune femme journaliste de 24 ans et je souffre de lésions pré-cancérigènes du col de l'utérus depuis 3 ans. Malgré les traitements au laser, je récidive tout le temps. J'ai actuellement des lésions au col de niveau CIN2. ( Ce n'est pas le cancer, mais c'est le début) Mais je veux bien témoigner si mon cas vous intéresse, envoyez moi un mp....
Réponse
+1
moins plus
Le cancer du col de l'utérus représente aujourd'hui la deuxième cause de décès par cancer chez la femme jeune de moins de 44 ans2.
En France en 2000, on estimait à environ 3400 le nombre de nouveaux cas de cancers du col de l'utérus, soit près de 10 cas par jour3.

Le cancer du col de l'utérus est dû à un virus: le Papillomavirus Humain. C'est un virus commun et répandu qui peut se transmettre par contact intime génital ou par rapport sexuel.

C'est une maladie grave qui peut être détectée grâce au dépistage par frottis.
[?] Qu'est-ce que c'est ?

C'est, après le cancer du sein, un des plus fréquents des cancers de la femme.

On compte tous les ans 23 nouveaux cas pour 100 000 femmes.

Il survient chez la femme avant la ménopause le plus souvent.

[?] Anatomie

L'anatomopathologie permet de distinguer au microscope deux cas très différents.

La partie superficielle du col de l'utérus est un épithélium. Le cancer du col de l'utérus est un épithélioma.

Entre la partie extérieure du col (exocol) et la partie intérieure (endocol), existe une zone de jonction qui est la zone fragile où débute en général la cancérisation.

L'épithélium se compose d'une couche superficielle et d'une couche profonde. Ces deux couches sont séparées par une formation histologique appelée lame basale.
Lorsque la lame basale n'est pas touchée, seules les cellules épithéliales sont modifiées en surface ; il s'agit d'un épithélioma intra-épithélial ou épithélioma pré-invasif ou cancer au stade 0 ou cancer in situ.

Lorsque les cellules cancéreuses ont perforé la lame basale et envahi le tissu conjonctif sous-jacent, il s'agit d'un cancer invasif.

[?] Facteurs favorisants

Les infections vaginales et cervicales (herpès génital HSV de type 2, condylomes ou infections à papillomavirus du groupe herpès HPV) ;
Les remaniements de la muqueuse d'origine hormonale : les états dysplasiques et inflammatoires du col sont considérés comme des états précancéreux ;
Le nombre de grossesses supérieur à 1 ;
La précocité des rapports sexuels ;
Le changement fréquent de partenaires ;
Le tabagisme ;
L'exposition in utero au DES (diéthylstilbestrol).
Le cancer du col est possible pendant une grossesse.

Vaccins contre le cancer du col de l'utérus
Depuis peu, deux vaccins préviennent les infections par papillomavirus, responsables du cancer du col de l'utérus : Gardasil® et Cervarix®.
Le 9 mars 2007, le Conseil Supérieur d'Hygiène Publique de France (CSHPF) et le Comité technique des vaccinations (CTV) recommandent la vaccination généralisée des jeunes filles de 14 ans contre les Papillomavirus Humain. Ce même avis recommande de proposer la vaccination également aux jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n'auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard, dans l'année suivant le début de leur vie sexuelle.
La Sécurité sociale rembourse à 65 % chaque dose du Gardasil® dont le prix s'élève à 135,59 € TTC. Le schéma de vaccination nécessite trois doses. La demande de remboursement du Cervarix® est actuellement étudiée.

[?] Les signes de la maladie

L'épithélioma non invasif in situ est totalement muet : il n'y a aucun symptôme. C'est une découverte d'examen systématique du col fait dans le cadre du bilan gynécologique annuel ou au cours de la surveillance médicale d'un état inflammatoire ou d'une dysplasie cervicale (polype, ulcération etc...)

Lorsque le cancer fait parler de lui, la patiente consulte en général pour des pertes de sang (métrorragies ) souvent provoquées (rapports sexuels, toilette intime etc.). Des leucorrhées (pertes blanches) indolores sont parfois associées.

De toute façon des frottis cervicovaginaux sont pratiqués, ainsi qu'une colposcopie, qui vont permettre la biopsie.

L'examen au spéculum peut aussi révéler la lésion bourgeonnante ou ulcérée.

[?] Le frottis cervicovaginal

Le frottis cervical est un examen simple. Il consiste à prélever des cellules du col de l'utérus par un simple grattage indolore, et d'étaler ce prélèvement sur une lame. Après fixation, les lames sont examinées au microscope par un médecin spécialisé dans cette lecture, l'anatomo-pathologiste.

Celui-ci décrit dans son compte-rendu les cellules qu'il a vues et peut classer le frottis en classes I à V, mais cela n'est plus absolument nécessaire, la description des cellules suffisant à départager ce qui est normal de ce qui est suspect ou franchement pathologique.

Il est recommandé de pratiquer deux frottis à un an d'intervalle à toutes les femmes ayant des rapports sexuels, et ce à partir de l'âge de 25 ans. Il semble suffisant ensuite de contrôler un frottis normal tous les trois ans, jusqu'à l'âge d'environ 65 ans. Cette fréquence peut être augmentée si le médecin le juge nécessaire.

En cas de dysplasie, celle-ci est classée (classification de Bethesda) en fonction de son importance en CIN (néoplasie intra-épithéliale cervicale) I, II, ou III. La présence de koïlocytes signe une infection à papillomavirus et est un équivalent de CIN I. Si une surveillance étroite, tous les deux ou trois mois peut suffire devant un CIN I, la biopsie cervicale sous contrôle colposcopique s'impose devant un CIN II ou III.

Le compte rendu du frottis cervicovaginal va décrire les cellules épithéliales observées, l'état hormonal, la présence éventuelle d'une inflammation, de lésions dystrophiques ou métaplasiques, de signes d'infection virale à papillomavirus (HPV) ou de néoplasies.

Le frottis cervical est donc un examen important, car il est simple, indolore, et permet de dépister les lésions à leur tout début, à un stade où le traitement est extrêmement efficace.

La colposcopie après application d'une solution de Lugol (test de Schiller) permet de guider la biopsie fondamentale pour le diagnostic.

Il est parfois nécessaire d'effectuer une biopsie étendue (conisation du col).

Le bilan de l'extension du cancer

L'extension est surtout loco-régionale et lymphatique.
L'extension de la tumeur se fait localement vers le vagin, la vessie, le rectum, les uretères.
L'extension lymphatique se fait vers la paroi pelvienne.
Les métastases sont toujours tardives (foie, poumons)

Ce bilan est très important puisque le traitement et le pronostic en dépendent.
Les touchers pelviens (toucher vaginal et toucher rectal) sont complétés par les examens complémentaires :

Cystoscopie (état de la vessie) ;
Rectoscopie et lavement baryté (état du rectum) ;
Hystérographie (état de l'utérus et des trompes) ;
Urographie intraveineuse (état des uretères et des reins) ;
Lymphographie (extension ganglionnaire lymphatique) ;
Scanner et imagerie par résonance magnétique si nécessaire.
A la suite de ce bilan, il devient possible de classer le stade de la tumeur, ce qui va guider le traitement.

[?] Pronostic

Quand le diagnostic est fait au tout début, la guérison est complète dans la presque totalité des cas.

[?] Traitement

Il utilise la radiothérapie (curiethérapie utérovaginale et cobaltothérapie) et la chirurgie. La chimiothérapie est utilisée dans certains cas.

La curiethérapie utérovaginale consiste à mettre une source radioactive dans la cavité utérine et le vagin au contact direct de la tumeur. Le principe d'une dose homogène élevée, dans un petit volume, est à la base de l'efficacité et de la bonne tolérance de la curiethérapie. L'applicateur est mis en place sous anesthésie générale. Une fois en place, il est chargé dans un deuxième temps grâce à un projecteur de sources. La dosimétrie est pratiquée par ordinateur.

Au stade de cancer in situ, l'intervention peut se limiter chez la femme jeune désirant encore des enfants à une simple conisation ou amputation du col sous couvert d'une surveillance attentive. Chez la femme plus âgée, l'ablation de l'utérus ( hystérectomie totale simple) est réalisée.

Dans des formes plus avancées, une chirurgie plus large est pratiquée, et peut être associée à une radiothérapie externe du petit bassin.
Quelle vie sexuelle après un cancer du col de l’utérus ?
Le cancer du col de l'utérus est une maladie grave et lourde qui touche à l'intimité de la femme. Il est parfois difficile de retrouver, après le traitement, une relation amoureuse harmonieuse avec son partenaire. Mais c'est possible et bien évidemment souhaitable.

Lors d'un examen gynécologique, le frottis du col de l'utérus peut s'avérer anormal. Dans ce cas, une colposcopie, examen qui permet de bien visualiser le col, va être pratiquée. Le médecin pourra ainsi effectuer une biopsie, qui sera décisive pour le choix du traitement du cancer.

Attendre la cicatrisation
Quel que soit votre cas, ne soyez pas inquiète. La reprise d'une vie sexuelle normale est toujours possible après le traitement. Mais ne soyez pas trop impatiente, il faudra attendre la cicatrisation.
Si les anomalies observées sont légères et justifient l'exérèse (ou ablation) de la lésion par vaporisation, sonde diathermique ou conisation, la cicatrisation demande environ deux mois.
Si ces traitements ne permettent pas d'enlever toutes les cellules anormales, il faut envisager un traitement chirurgical plus étendu ou une radiothérapie. La cicatrisation demandera plus de temps.

La nécessité d'un dialogue au sein du couple
De plus, le raccourcissement du vagin et le durcissement liés aux rayons peuvent entraîner pendant quelques semaines ou quelques mois, une gène ou une douleur à la reprise des rapports.
Pas d'inquiétude : le temps, la prescription de lubrifiants ou d'un traitement hormonal, et dans de rares cas, une dilatation du vagin, vont vous aider à retrouver des relations sexuelles harmonieuses.

Dans tous les cas, parlez-en avec votre partenaire et avec votre médecin. Cela peut être bénéfique de s'entretenir en couple avec lui pour en discuter et poser toutes les questions que vous souhaitez.

Quant à la possibilité d'avoir un enfant, elle est préservée dans la grande majorité des cas. Rarement, une hystérectomie ou une radiothérapie sont nécessaires et c'est seulement après ces traitements qu'il n'est plus possible d'être enceinte.



POUR TE CONSEILLE DE VOIR CE LIEN : http://www.ligue-cancer.asso.fr/article/download/1527


et bonne chance

Réponse
+1
moins plus
re bonjour
je joins mon temoignage..cancer du col decouvert de façon fortuite puis hysterectomie ,radio ,chumio et curie..c'etait il y a 2 ans ..tout va bien aujourd'hui je suis en pleine forme ,fais du sport ..aucune sequelle psy bref un mauvais souvenir..sauf..une sexualité en berne cause menaupose et un vagin retrecit et grosse douleur voire impossibilité de penetration ..oui on a d'autres solutions ..mais j'aimerai retrouver le plaisir de la penetration..dois je encore pateinter e=ou utiliser un dilatateur vaginal?avez essayé?si vous avez des conseils ou des informations ce serait super car je n'ose en parler a mon gyneco ou mon oncologue..
merci..et bon courage a toutes

Réponse
+1
moins plus
J'ai eu un cancer invasif du co (adénocarcinome)l puis traitement radio chimio curiethérapie et hysterectomie totale 2 mois aprés le début du traitement. J'ai du patienter 3 ans avant de pouvoir accepter une pénétration mais depuis un an cela va beaucoup mieux. Il faut utiliser des dilatateurs et oser parler avec son gynécologue, ou le généraliste si l'on a davantage coonfiance en lui (le mien est homéopathe et il m'a suivie pendant la radio chimio)
confiance, il ne faut pas avoir peur de son corps et de la douleur, qui s'efface et disparait peu à peu. Il faut s'exprimer sans tabou, les médecins sont là pour écouter et trouver les solutions (gel sensilube, dilatateur, accompagnement par uen infirmière ou un kiné..). De temps en temps, je me passais de l'huile à la rose musquée de Weleda, sur le périnée, conseil d'une sexologue que j'ai consultée à marseille. Courage, tout revient.
Si l'étudiante qui cherche à compléter son mémoire veut me joindre en perso, elle peut le faire.
Bonsoitr

Réponse
+0
moins plus
Mes très chères...

J'ai eu une hystérectomie radicale suite à un cancer de l'utérus,il y a de cela 10 ans.

Ma vie sexuelle se résume maintenant à ... rien.

Vagin raccourci, rondeur du vagin disparu (plus de col donc...), je n'ose pas tenter de me faire un chum.

Je me «teste» parfois avec un petit bidule du sex shop... en fait, c'est un gros bidule et c'est peine perdu!

Pourtant, il n'y avait pas de problème au début, ça c'est «effondré» avec le temps. Peut-être qu'avoir eu des relations sexuelles régulières auraient changé quelque chose, mais je ne peux le confirmer...

L'hystérectomie est une mutilation qui fait son ravage avec le temps: mutilée, déformée, perte de sensations, pertes de vie intime (et parfois sociale). Une horreur.

Quand même, je la préfère à la perte des deux jambes...

La vie a quand même encore de belles choses à offrir.

Courage.

vArgentine- 30 nov. 2011 à 13:52
Bonjour dans une semaine je vais faire lyresctomie général.j'ai très peur et je me pose beaucoup de question sur les rapport sexuel avec mon mari après l'opération.
Aurus- 13 janv. 2012 à 13:49
Bonjour,
J'ai eu un cancer du col en 2002. Opération (hystérectomie radicale, enlèvement des ganglions, chimio, radiothérapie,curiethérapie). J'ai développé un lymphoedème sévère dans les jambes, pubis,abdomen 2 ans après. Cette séquelle m'a condui à plusieurs hospitalisations 5 reprises, septicémie. J'ai même une invalidité à mon travail pour gérer mon problème.
Depuis 2 ans, aucune vie sexuelle. Le vagin est atrophié et la pénétration est impossible trop douloreuse. Mon amoureux m'a quitté.
Je suis équilibrée et profite de la vie encore plus malgré mes limitations. Il n'y a aucun signes de récidives depuis 10 ans. j'ai développé d'autres centres d' intérêts et apprécie la vie.
Courage, persévérance à celles qui vivent une problématique.
Réponse
+0
moins plus
je me suis faite operee pour la premiee fois d un cancer du col de l uterus en 2005 j avais 21ans tout c est tres bien passer meme sexuellement. ma deuxieme operation c est faite en aout 2009 donc il y a un mois mnt et la mnt c est different j ai bcp de douleur quand j ai des rapport avec mom conpagnon je me dis que sa va passer mais bon j ai presque plus de col c est surment pour sa les doueurs.... je retourne au gyne en novembre et la on va savoir si on enleve tous ou si on attend le prochain virus cela vx dire que j aurai plus d enfant si c est revnu.


framboise tu as bcp de courage continue ton ecris me donne de la force......

Réponse
+0
moins plus
reoperation...Hysterectomie elargie j'ai 30 ans et mon stade est 1A1 mais bon je préfère tout enlever et vivre sereinement.
Je n'ai pas d'enfant mais je le vis bien,mes amies en ont toute mais franchement cela ne m'a jamais tentée.Je voyage beaucoup et franchement la vie est belle.Je pratique la pensée positive et ca fait du bien.
Je me fais opérer mercredi prochain.je flippe un peu,beaucoup meme mais bon je me dis que mes ganglions sont saint!!!donc après terminé.
voili

pinto- 9 juil. 2010 à 11:49
moi aussi mon-corvo@hotmail.fr
pinto- 9 juil. 2010 à 11:50
je po paler avec vous
Réponse
+0
moins plus
sa ne se soigne pas assez bien !!!!! en tout cas pour ma part j'ai juste un hpv cin 1 mais des douleures atroces a l'interieur et a l'extérieur , tout les traitements qu'on m'a donné m'on détruit la flore je suis allé voir troi gynéco différents qui ne me disent pas la même chose. Je ne sais plus quoi faire , et ça m'inquiéte beaucoup !!!!!!!!!!!!!!!! je suis jeune et on ne cesse de me dire que c'est pas grave, mais sa me pourri la vie , sa me fait mal je ne peux plus avoir de rapport ni mettre de tampons , même un frottis me fais mal , c'est un enfer

Réponse
+0
moins plus
bonjour tou comme toi jai fai une hysterectomie operedu cancer du col de l uterus on ma retire les over aussi je doi faire de la radiotherapie curative avec des sonde urenere et rectal et sa me fai peur esque sa fai mal les pose des sonde

Réponse
-1
moins plus
bonsoir,j'ai 30 ans on m'a diagnostiqué un cancer du col il y a 1 semaine(biopsie il y a 1 mois)Je me fais opérer mardi prochain,conisation+laser et puis on verra la suite.....Suivant les résultats de la biopsie,je suis au stade1 donc normalement:opération et op c'est fini....Enfin j'espère!!!!
Pour ce qui est de la sexualité bah plus rien depuis des mois,je usi en couple et c'est très dur pour mon ami mais je dois dire que ce n'est plus ma priorité pour le moment,je n'y pense mm plus.
Bon courage pour votre these

liline62- 19 juil. 2010 à 12:05
bonjiour
je vien daprendre que jai le cancer du col il y a 1 semaine je voudrais savoir si on peu toujour avoir des enfant apres l'opération? merci
Réponse
-1
moins plus
Bonjour, je suis moi aussi porteuse d'un HPV et la conisation (pour carcinome in situ dysplasie sévère de grade 3) est prévue pour jeudi 29/04, je ne pense plus à la sexualité depuis (?? 2 ans) que j'ai ces règles longues et douloureuses et cet état de fatigue régulier, j'avais ça sur le compte du travail mais ce hpv y est pour beaucoup...
si vous voulez d'autres infos par questionnaire notamment contactez-moi par mail, j'y répondrai volontiers

kiki- 17 juin 2010 à 23:46
quel age avez vous et comment ca va maintenant
MarinaCIN2 6Messages postés lundi 21 novembre 2011Date d'inscription 22 novembre 2011Dernière intervention - 21 nov. 2011 à 21:12
Salut, cela fait 3 ans que j'ai des lésions, comme toi, au début j'étais à CIN1, puis j'ai fait 3 séances de laser car ça récidivait tout le temps.Jusqu'au jour ou je suis passée à du CIN2. Et maintenant, je vais me faire coniser comme toi. Tant qu'il n'y a pas d'ablation totale, on peut faire des enfants. Après, c'est fini, ok. Mais de là mettre sa sexualité entre (), la je ne suis pas d'accord ! Les conisations et même l'ablation du col n'empêche pas les rapports !!! Et ça n'empêche pas une sexualité épanouie !!!!
Réponse
-1
moins plus
Réponse
-1
moins plus
salut quel stade ton cancer?Moi je dois me refaire opérer avec hystérectomie suite à une conisation .tiens moi au courant et merci pour ton témoignage

Réponse
-1
moins plus
salut
stade 1B;tu te fais re operer pourquoi?reprise?t'inquietes pas on guerit tres bien de ce genre de cancer ,l'avantage du col (si j'ose dire..) c'est que par rapport ausein c'est eloigné des autres organes importants..
bon courage
lol

Réponse
-1
moins plus
Bonjour, j'ai 32 ans et mon amie 30 elle a un cancer de l'utérus, les médecins lui ont signé une rémission partielle pour qu'elle puisse faire un enfant, le seul hic c'est sa libido après la chimio les rayons et tout les traitement qu'elle a subit il n'y a plus rien sauf une fois de temps en temps on 1 fois par mois voir tout les deux mois. Que puis-je faire pour l'aider a retrouver sa libido, voila bientôt deux ans que ca dure, je vais peut être paraitre égoïste mais c long.
Je l'aime et ne veut surtout pas la perdre et je ne voudrais pas qu'on fasse notre enfants un soir ou elle me dit " faut que tu te vide les ......" elle croit faire ca pour mon bien mais elle souffre terriblement lors de ce type de rapport et je ne veut pas que la conception de notre enfant ce passe comme ca.
J'attend vos réponse

Réponse
-2
moins plus
dis-moi si tu es toujours intérressée par le sujet de la sexualité àprès un cancer du col de l'utérus?

Ce document intitulé « sexualite et cancer du col » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.