Sante-Medecine
Recherche
Posez votre question Signaler

HELP ! phobies d'impulsion [Résolu/Fermé]

Shouu - Dernière réponse le 14 mars 2013 à 16:29
Bonjour,
Voila depuis quelques temps, j'ai eu des visions bizarres. Tout allait si bien, on mangeait en famille, quand tout à coup, en regardant un couteau, une voix dans ma tete disait " Va zi, prend ce couteau, et tue ta mère , ton pere, ton frere " J'me suis dit que j'étais gogole, et que cette idée allait partir, car tout le monde a deja pensé a ce genre de chose dans sa vie. Mais la cette idée ne partait pas, elle restait dans ma tete non stop, je pensais meme a ça quand j'étais en cours, genre " et si je tuais ma voisine " . J'ai commencé a paniquer, à penser que je devenais folle ! a bout de force, j'ai donc décidé de regarder sur internet . Et j'ai été rassuré, beaucoup de personnes subissent ce traumatisme, ce sont des TOCS , des phobies d'impulsion. Le passage a l'acte ne se passe jamais, tout est dans la tete, et ce traumatisme arrive en général sur des personnes très gentilles, qui veulent aimé et etre aimé, qui ont subi des chocs dans leur vie. De quoi etre très rassuré, moi qui croyait que je commençais a devenir une criminelle ! Moi qui me sentait folle, ça me rassure énormément de voir tous ces gens qui ont subi cette pensée pénible, tenace , et qui arrivent en général a les oublier. J'ai commencé a avoir ces TOCS a l'age de 11 ans, sauf que la c'était des phobies de suicide. Sa m'est passé au fil du temps ( j'ai quand meme galéré lol) , par exemple quand je voyais une arme je m'imaginais en train de la prendre et de me tuer avec,e t là l'angoisse survient, ou alors quand je regardais un balcon et que je m'imaginais en train de sauter par la fenetre ! Maintenant, j'imagine que je tue les gens a qui je tiens beaucoup et que j'aime.
Alors si des personnes subissent ce genre de choses ou l'a deja vécu, merci de me témoigner, ça fait vraiment du bien d'échanger. Rien que d'écrire ce texte me soulage. J'espere que vous répondrez.
Bisous
Lire la suite 
Réponse
+21
moins plus
Non, ne dis pas ça, il existe des milliers de gens qui possèdent ces phobies, et tout le monde peut s'en sortir, tu et n'es pas rejetée, tu es un être humain comme les autres, et tu peux vivre heureuse comme tout le monde. Regarde, tu as l'air de connaitre les raisons de ton mal être ! Moi je n'ai jamais vu de psy, et j'ai réussi à m'en sortir. Et tu sais comment ? Tout simplement, j'en ai parlé a mes parents, qui m'ont , dans un premier temps, tout à fait compris. Ils m'ont dit que la phobie est quelque chose d'humain, que chaque personne possède des tocs différents, qu'eux aussi ils ont déjà pensé à tuer quelqu'un... Bref, ils m'ont fait comprendre que j'étais une personne tout à fait normal, et ça, ça m'a beaucoup rassuré. De plus, j'en ai carément parlé a des amies, je m'en fous moi j'ai pas peur d'avouer mes phobies, puis en plus ça fait tellement du bien. Mes amies m'ont tout à fait compris à leur tour, et m'ont même confiés y avoir déjà pensé en regardant un couteau. Sauf qu'eux, ils y pensent mais en restent là. Alors que nous, nous nous faisons de grosses fixations, on croit qu'on va le faire ( alors qu'au fond on a très peur, qu'on le fera jamais !) et on se fait des angoisses interminables . D'après ce que tu m'as dit, tu as l'air de tenir à tes parents, tu les aimes très fort, c'est tout, tu as peur de les perdre, et tu te fais des scénarios. Mais sache que JAMAIS, ça se réalisera. Vire cette pensée, elle te ruine, dès que tu y penses, dis toi " mais pourquoi je pense à ça, n'importe quoi, jamais je ferai ça, je le sais, c'est juste que j'aime tellement mes parents que je me fait des idées ". Le mieux serait de faire des activités qui t'éviteront de penser à tout ça. Moi je sais que, quand je suis eule, je pense à trop de choses...
Tu vas y arriver , je peux te l'assurer, moi aussi j'y croyais pas, mais la preuve que si, tu peux avoir confiance en toi, c'est une étape de la vie à franchir, rien de plus.

pioupiou- 14 mars 2013 à 15:58
kissou,
faire un travail sur soi, faudrait que les autres aussi, jamis douter de soi, les autres à mon avis mériterait la même punition.
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:00
jamais, mériteraient : je me corrige.
Il faudrait se dire : y'a plus vilain, y'a plus idiot, y'a plus , y'a moins etc, etc, etc
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:02
Par contre la peur de mourir appartient au monde des vivants,et là, c'est légitime, je pense.
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:15
kissou,
tuer sa voisine, ça vous rapporterait combien ?
à ange,si votre fille n'est pas dans son élément, c'est qu'à 12 ans, sa transformation intérieure se fait, alors, laissez la grandir,et parler avec elle de ce dont elle attend de vous, à cet âge, elle peut commencer à se détacher de vous en tant que papa.
Je ne suis pas psy., seulement ce que je ressens, c'est tout, sur le ressenti, je m'arrête là, ça évite des dégâts. Merci.
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:17
Votre voisine est payée par un psy. peut être, je ne sais que vous dire. En chouchou-loulou-orange ou en noir-blanc-bleu-blanc.
Publi-information
Réponse
+9
moins plus
Tu as eu toutes les choses que j'ai vécu, j'me suis battue, mais vraiment. Et sache que je suis enfin en paix. J'me suis rendue compte que je n'avais aucune confiance en moi, et c'est pour cela. Car au fond, tu as peur de toi, et si tu as peur de toi c'est que tu n'as aucune confiance. Tu as peur car tu fais vraiment une belle différence entre le mal et le bien, au contraire, si y en a une qui sera jamais une criminel, c'est bien toi ! Tu t'imagines des scénarios qui te font peur, parce que tu sais que tu ne pourras jamais commettre ces actes. Tout est dans ta tête ! Ce n'est qu'une pensée qui te traverse l'esprit, rien de plus. Evite les médicaments, et fais un travail sur toi, cherche la raison de ses phobies. J'ai longtemps réfléchi moi pour trouver, mais j'me suis remis, la preuve que ça peut s'arranger ! Bon courage, tu vas y arriver, crois moi.

karlnehme 2Messages postés dimanche 27 mars 2011Date d'inscription 27 mars 2011Dernière intervention - 27 mars 2011 à 00:30
bonjour
est-ce possible de m'envoyer ton contact mail sur mon (....) supprimé
je souffre de la meme chose et j'ai vraiment besoin d'aide a propos de ce sujet.
je te remercie
xxMONSTER29xx- 19 févr. 2012 à 22:57
il ne faut pas sinquieter c'est parce que tu doit etre beaucoup stresser
roro389 1Messages postés samedi 16 février 2013Date d'inscription 16 février 2013Dernière intervention - 16 févr. 2013 à 16:06
Bonjour,

j'ai le même problème. J'ai peur de faire du mal aux gens et que du jour au lendemain ma vie s'arrête. J'ai des images soudaines qui me viennent à l'esprit et plus j'y pense et je n'arrive plus à savoir le vrai du faux.

Le pire c'est quand je vois un fait divers grave (décès), je m'imagine la scène et la c'est un véritable film qui se déroule et au bout de quelques jours je suis miné (heureusement, je n'ai jamais de sons et de visage qui me viennent à l'esprit). C'est très dur de prendre sur soi. Pourtant je suis très heureux dans ma vie mais ce problème récurrent m'empêche de m'épanouir.
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:22
Voir un fait divers, béh, il n'y aurait pas votre journal quotidien.
Et s'il faut s'imprégner de la vie des gens à partir du journal.
A votre bon coeur.
Réponse
+5
moins plus
Bonjour,

Je souffre aussi de phobies d'impulsion. Peur des couteaux, peur d'être pédophile, peur d'être homosexuel et peur.... des angles droit. Quand j'en vois un j'ai peur de prendre la tête de quelqu'un et de frapper dessus ! Cette peur je l'ai depuis 15 ans suite à une pensée complètement absurde que j'ai eu un jour où je me baladais sur les champs elysées avec une ex petite amie. J'avais fumé un joint, elle marchait devant moi avec une copine et elle est passée près d'un plot et à ce moment j'ai eu envie de lui prendre la tête et de la frapper sur ce plot. Rien que d'en reparler ça me procure de l'angoisse. Et aussi j'en ai peur, je m'en suis convaincu avec le temps, du plaisir et ça me bouffe la vie. Le lendemain, et le surlendemain jusqu'à aujourd'hui j'y ai pensé et apportant une variante à cette pensée : et si je tapais la tête sur un angle droit, n'importe quoi un meuble, un panneau, dès que j'en vois un j'ai cette pensée obsessionnelle ! j'ai l'impression de devenir dingue. Je pense que je le suis un peu ! J'ai tellement culpabilisé de penser à faire du mal à cette femme que j'aimais tant que dès que je pensais à elle, j'avais cette pensée qui jaillissait ! Et aujourd'hui je l'ai sur ma fille, sur des gens dans la rue, des collègues au bureau. Quand je vois un angle droit, je m'imagine que je tape la tête de cette personne dessus et à ce moment je ressens une profonde angoisse, je perds pied avec la réalité, j'ai l'impression que j'ai envie de le faire que je vais éprouver du plaisir. Est-ce que vous aussi amis phobiques d'impulsion vous avez ces impressions que vous allez ressentir du plaisir !? Moi ça me fait ruminer, ruminer et ruminer. Je sais même pas si c'est une phobie d'impulsion enfin ça y ressemble ! et j'ai mis 15 ans à diagnostiquer ça ! tout seul ! pas un seul psy parmi les nombreux que j'ai consulté n'a été capable de m'aider ! J'ai tout essayé psy analytique, psychanalyse, hypnose, et seul sur Internet j'ai découvert ce trouble de phobie d'impulsion : peur de faire du mal ! J'ai beaucoup consommé de drogue, j'ai fait une dépression nerveuse et depuis 2 ans c'est vraiment l'enfer. Je suis harcelé de pensées violentes en plus des ces pensées avec les angles droits : planter un couteau dans ma petite fille, pensées pédophiles à son encontre, on vient d'acheter un chat, je commence à avoir des pensées violentes qui jaillissent dans ma tête ! C'est à ce tapper la tête contre les murs, je craque ! j'ai l'impression d'être maudit ! Esseulé dans ma quête j'ai fait un passage par l'ésotérisme avant de tomber en dépression et maintenant je suis convaincu que je mérite ce qui m'arrive, que j'ai pêchai dans une vie antérieure ! que je mérite ce qui m'arrive ! et j'entretiens le mal par le mal ! C'est un vrai souffrance. J'ai 35 ans et chaque jour est une survivance ! J'attends chaque soir avec impatience car dans mon sommeil mes pensées ne me harcèlent pas et suis plongé dans une profonde déprime quand le réveil sonne car je sais que je vais encore souffrir aujourd'hui. Je sais pourtant que la solution passe par le lâcher prise, que le cerveau est une machine à pensée et qu'il faut être plus grand que ces pensées, qu'en étant présent dans l'ici et maintenant on devenait le témoin de nos pensées. Qu'en étant conscient, on se désidentifie de ce mental rendu fou ! Mais que c'est dur de décrocher quand ces pensées parasites vous surprennent ! Quand de surcroit elle s'accompagne d'une profonde et glaciale angoisse ! J'ai perdu le goût de vivre ! J'ai peur de ces pensées, de l'angoisse qu'elle procure, de la culpabilité ressentie, du manque de confiance en moi, j'ai peur de finir à l'asile ou sdf car j'aurai perdu toute énergie vitale ou pire les veines tailladées dans une chambre d'hôtel. J'y pense dès que je vais mal ! Et j'y pense souvent en ce moment ...


Merci de m'avoir lu ! ça fait du bien de parler !

Réponse
+3
moins plus
Une mauvaise pensée incontroler
Bonjour, une mauvaise pensée m'est venu d'un seul coups je poignardais ma mère ça ne m'a pas effrayé sur le coups mais ça m'a fait mal de pensé ça,comme souvent avec les idée noire ,j'ai du mal à m'en débarrassé donc je me suis enfoncé encore plus et commencer à avoir peur.j'adore ma mère je m'inquiète souvent pour sa santé ainsi pour celle de mes frères et soeurs,j'angoisse à l'idée qu'il leurs arrivent quelques chose ou qu'ils soient atteint d'une maladie de même pour moi.Depuis quelques moi je suis très anxieux surtout la nuit, il y a un an de cela j'ai eu une crise d'angoisse que j'ai assimiler à un accident vasculaire cérébral ça s'est passé le soir dans mon lit depuis j'ai une crainte de
l'avc même si je suis pas une personne à risque.Bref j'angoisse terriblement.Pour cette mauvaise pensé cité plus haut je suis allé sur des forum qui rassure alors j'essaie de relativiser mais c'est pas facile.J'attends vos témoignage de soutien,merci d'avance

Anxioz- 24 juin 2010 à 22:59
Et si ces phobies étaient simplement des signaux d'alertes?
Je m'explique: Ces pensées qui font irruption dans nos vies prennent la forme d'images violantes et choquantes. "Violantes" parcequ'elle nous montrent des situations extremes et choquantes car elles nous impliquent nous et notre entourage proche (Dans la plupart des cas: l'enfant, la mère, le père, la soeur, le conjoint, soi-meme...).
Nul doutes également sur les traits de carractères communs à toutes les personnes sujetes à ces trouble anxieux, je veux parler de: l'anxièté, le manque de confiance en soi, personne qui a tendance à accepter beaucoup de choses, un rapport souvent fusionnel (ou complexe) avec son entourage proche (conjiont, parents...) etc ...
Voila ou je veux en venir: et si ces pensés absurdes (je pense que tout le monde sera d'accord pour admettre qu'au fond, ces pensés sont d'une stupidité sans nom) n'étaient tous simplement pas le reflet de notre propre existance ? La part d'ombre que l'on ne veut pas admettre? Des difficultés qui nous hantent?...
C'est à dire que ces pensés seraient comme un "garde fou" (je sais. Ca parrait très étrange et très paradoxal) vis à vis de situations que l'on vit ou que l'on a vécu. Je vois souvent des gens faisant le témoignage d'un attachement fusionnel (amour captif) à un proche (parents, conjiont..) , des personnes ayant était abondonné durant l'enfance, des gens qui doivent faire face à des décisions importantes, des gens à qui on a mis une pression telle qu'ils n'osent plus entreprendre, des personnes ayant subit un changement brutal dans leur vie (un amour, un départ, une arrivé, une naissance, un éloignement....), Des gens à qui l'on a imposé beaucoup (trop?) de règles ,... Il y a comme ça beaucoup d'histoires qui portent des similitudes frappantes. Et si, (Debut de phrase que beaucoup d'anxieux doivent connaitre ;-) ) ces idées intrusives étaient là pour nous alerter face à des situations complexes que l'on ne sait pas, que l'on a peur ou que l'on a du mal à gérer? Il suffit peut etre simplement de savoir les décoder (déchiffrer, traduire..) ?La question reste ouverte...
Bon courage! (il en faut !)
ca28di- 25 juin 2010 à 11:02
J'ai compris ce que vous venez de dire quand j'ai eu ma première depression à 14 ans. V>ous voyez très juste, c'est exactement ça. C'est d'ailleurs très utile d'en prendre conscience, tant parce qu'il est plus facile a accepter quelque chose quand on le comprend un minimum et ensuite parce qu'on peut donc commencer à chercher le pk du comment. Le tout c'est de parvenir à gérer cette partie de notre caractère ou l'éventuel choc que nous avons pu subir , d'où la thérapie que je prône avec ardeur!
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:24
C'est légitime des peurs,peut-être, je pense tout de même que vous vous pourrissez la vie, vous pouvez être diabétique et mourir d'une crise cardiaque, il reste des "terrains" plus ou moins favorables, j'avoue.
pioupiou- 14 mars 2013 à 16:27
Sinon, la peur peut s'exprimer parce que vous avez frôler la mort aussi, chez certains,ça fait l'effet inverse.
begonie 39636Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 6 mars 2015Dernière intervention - 14 mars 2013 à 16:29
pioupiou.

La question originale date déjà de mars 2010.

Cette question va être fermée.
Réponse
+2
moins plus
Bonjour,

Dans chaque humain sommeille un tueur.

L'important est de ne pas passer à l'acte.Qui n'a jamais eu envie de tuer son voisin quand il fait tourner sa moto à des heures impossibles ou la belle mere lorsqu'elle vous reprimande ou le prof qui vous a fait une remarque blessante devant la classe etc........ ce serait trop facile et il ne resterait plus grand monde sur terre.

Le self control de soi s'apprend, il n'est pas inné surtout quand on est d'une nature impulsive.

Faites de la boxe, du catch; vous devez avoir un trop plein d'energie qu'il faut evacuer.

Si cela ne suffit pas , faites vous aider par un specialiste........

Réponse
+2
moins plus
Moi,j'ai peur de mourir d'une chose subite.
J'ai peur également de me sucider alors que je veux pas.
Par exemple lorsqu'un train passe,je pense aux personnes qui se jetent sous le train,une corde me rappelle la mort par pendaison....ect
Cela est angoissant!!!!!!
Par ce fait,je ne reste jamais seule surtout la nuit et j'aimerais beaucoup m'en sortir car cela dure depuis 15 ans.
Merci
Bises

PIANO210- 31 janv. 2011 à 10:08
Manue,

Ne vous affolez pas car ce ne sont que des pulsions, et qui dit pulsions dit protection.
Car ceux qui se suicident n'ont aucune crainte. Je ne sais pas si vous consultez un psy,
mais si c'est le cas celui-ci a dû vous rassurer à ce sujet.
N'hésitez pas à m'en parler si vous vous en sentez le besoin.

Bisous
Yves
PIANO210- 31 janv. 2011 à 10:11
On est dans le même cas tous les 2.
J'ai eu une reprise de phobies d'impulsion qui font vachement mal et qui durent depuis près de 3 semaines. Samedi j'ai été voir ma psy qui m'a rassuré en me disant qu'il n'y avait aucun risque de passage à l'acte. Je suis sous anti-dépresseur depuis et il faut attendre que ces composants chimiques fassent leur effet.
Si vous avez besoin de parler n'hésitez surtout pas.

Bises
Yves
mélanie- 8 févr. 2011 à 09:26
bjr je suis nouvelle et jai lu tous les messages!!je souffre de phobies dimpulsion jai tres peur defaire du mal a mz
es deux enfants je vis seul avec mes deux amours je les aimes plus que tout. cette peur a commencer bétement jétais entrain de lire détective un magazine a ne pas lire et je suis tomber sur un article qui parler dune maman qui avait tué sa fille a cout de couteau je me suis mise a pleurer je ne savais pas marreter et depuis jai cette peur le moindre objet dangeureux ou non dailleurs me fait une peur bleu jimagine des scenes de crime c une horreur jen ai mal a lestomac ca me pourris ma vie car jaime mes enfants plus que tout au monde !!ces pensées mhorrifie je vois un psi ca ma f du bien mais ca revient et javoue que défois je ne sais plus quoi faire!!!qd je vois vos declarations ca me rassure un peu ds le faite ou je ne suis pas seul!!pouvez vous me donner des conseils pour éviter ses pensées qui me gache la vie???MERCI DAVANCE
begonie 39636Messages postés mardi 13 avril 2010Date d'inscription ModérateurStatut 6 mars 2015Dernière intervention - 8 févr. 2011 à 09:56
Bonjour mélanie.

" je vois un psi ca ma f du bien mais ca revient et javoue que défois je ne sais plus quoi faire!!! "

Comme tu vois un(e) psy, pose la question directement lors de ton prochain entretien.
Sa réponse tiendra compte de ton état général et de ta situation en particulier.
Kissou75 62Messages postés mercredi 24 mars 2010Date d'inscription 30 mars 2014Dernière intervention - 20 févr. 2011 à 20:09
Mélanie, ne t'inquiète surtout pas de ces phobies. Tu sais, le premier message posté sur cette page est le mien. J'ai paniqué à l'idée de ces phobies. J'avais cette impression de devenir dingue. Relis mon message , le tout premier écrit par " Shouu" mon ancien surnom. Vois tu l'angoisse que j'avais ? J'étais comme toi.
Et regarde moi maintenant, je n'ai plus rien. Tout est dans la tête. C'est une preuve d'amour envers tes enfants de penser ça. Tu paniques à l'idée de les tuer, car tu les aimes. Tu as simplement de mauvaises pensées, des idées noires. Mais lutte contre elles, pense à des bons moments et si tu veux plus de conseils je te fais un copier collé du message que j'avais écrit à mjoko .
sache qu'il ne faut jamais s'inquiéter et paniquer, ça ne ferai qu'aggraver les choses. Déjà, il faut que tu te dises que tu ne commetras JAMAIS cet acte monstrueux. Tout ceci ne sort que de ta propre pensée qui te joue de sales tours. Les crises d'angoisse, ça arrive à tout le monde au moins une fois, et c'est vrai que ça a de très mauvaises conséquences. Ecoute, tu dois être une personne vraiment très stressée, il faut que tu te calmes, que tu te dises que le seul moyen de pas avoir peur commence par le cerveau. Si tu crois à ces pensées négatives, tu vas t'enfoncer profondément dans le noir. Tout ça sort de ton imagination, lutte contre ces pensées qui te pourissent la vie, je suis passée par là et je me suis dit au final que tout ceci sort de mon imagination, t'imagine le pire car tu ne veux pas perdre les personnes concernées, comme ta mère à qui tu tiens énormément. Si tu vois que tu n'y arrives pas, consulte. Mais sache que ce mal être a une source qu'il faut dénicher. Pour mon cas par exemple, tout ceci venait de mon manque de confiance en moi. Avoir confiance en soi, c'est être sur et certain de nos gestes ( par exemple). Dans mon cas, je m'imaginais capable de tuer ma mere, mon pere puis c'est venu sur mes amis, BREF, on sait à l'intérieur de nous que nous ne sommes pas fous, il faut juste que ton esprit s'en rende compte. Comme je le disais dans mes messages précédents, un vrai fou ne se rend pas compte de ses actes, il réfléchit pas comme toi tu réfléchis à cette instant. Ce que tu as s'appelle donc une phobie d'impulsion, et cette phobie est la preuve directe que tu ne deviendras jamais un criminel, bien au contraire, alors rassures toi ! Je comprend qu'au début, ça fait très peur. Mais il faut vraiment lutter contre tout ceci, on a qu'une vie, alors profitons en et oublions ces problèmes ;) Je peux te donner quelques techniques si tu veux pour lutter contre ça ( ça a marché pour mon cas ^^)
- Quand tu sens que tu commences à avoir de mauvaises pensées, dis toi " Mais pourquoi je pense à ça, N'importe quoi, je sais que je ne suis pas capable de faire ça, c'est mon cerveau qui me joue des tours, je suis quelqu'un de bien, je pense à ça parce que j'aime ma mère, ma famille" et relativise, souffle, occupe toi.
- Tout le monde pense à ça, alors essaye d'en parler avec une amie très proche ( je l'ai fait avec une amie qui m'a meme avouée qu'elle avait eu les mêmes idées que moi, comme quoi ! lol )
- Dans ma tête, je me dis " Bon allez au bout de 10 je n'aurai plus peur, la peur me sert à rien, juste à créer un stress incessant" puis tu comptes en respirant calmement.
- Affronte les lieux que tu détestes ( comme la cuisine ou il y a des couteaux etc) , c'est comme ça que tu arriveras à évacuer la phobie.
- Le soir, dans ton lit, écoute de la musique ou lis un livre, histoire de t'endormir vite sans penser à tout ça, la nuit est un moment de solitude où on pense à n'importe quoi.
En conclusion, seul toi est maitre de ton corps, alors il faut que tu ais un mental d'acier et résister à tout ceci. J'ai passé cette étape et je m'en sors très bien ;) certes, il y a des moments où j'y repense, mais ceci ne dure que quelques minutes et la vie continue :D
Juste avant de te laisser, j'aimerai te demander si tu es quelqu'un de plutôt réservé dans la vie ou si tu es quelqu'un qui ne te laisse pas faire , agressif quand on t'attaque ?
Sur ceux, je te souhaite beaucoup de courage et de chance, et si tu as une question, je suis là pour ça, ne t'inquiètes pas. "

Tiens moi au courant.
Bisous.
Réponse
+2
moins plus
Bonsoir a tous et a toutes ...

J'ai lu a peu pres l'ensemble de ce qui a eté dit a ce sujet.
Pour vous rassurer, moi j'ai ca depuis l'age de 4 /5 ans, j'ai maintenant 46 ans et j'ai toujours ces phobies d'impulssion. Absolument tout ce qui est raconté par vous tous et toutes, j'ai ces scenarios dans la tete et meme d'autres pire :-))
j'ai vu un psy comportementaliste pendant un an, j'ai pris des antidepresseurs etc etc ...Rien n'a changé :-)). La seule chose qui m'aide c'est la pratique de la meditation qui m'a appris a observer mes pensees.
Mon avis personnel est que tout le monde a plus ou moins ce genre de pensees car ca vient de l'inconscient.Si certains disent qu'ils n'ont pas ce genre de pensées c'est que peut etre en fait ils les ont mais ils n'en non pas conscience, c'est a dire qu'il y a un filtrage du subconscient.
Un grand psychologue qui s'appelle Giulio Cesare Giacobbe (dont je vous conseille de lire ces livres) dit que les pensees appartiennent aux cerveaux, au meme titre que l'urine appartient au rein.C'est la condition humaine :-))
C'est a dire que quand on urine , on ne se pose pas de questions et bien d'apres lui quand on pense, on ne devrait pas se poser de questions non plus :-)).
Pour devellopper, la pensée est une fonction du cerveau , elle ne t'appartient pas.C'est juste un outil qui doit etre utilisé en positif.Ce qui t'appartient par contre c'est ta conscience. (!)
En d'autres thermes, ta conscience doit utilisé cet outil qu'est la penséé, fonction du cerveau mais dans un but de construire, pas de detruire.
Tes penséés negatives, tu t'en fout au meme titre que quand tu vas uriner, tu t'en fout aussi. Tu laisses ton cerveau eliminer ces penséés negatives tout seul, comme tes reins eliminent l'urine... toi tu n'intervient pas et surtout le plus important , ta conscience ne doit pas s'identifiier a ces penséés negatives.
Cette maniere de voir est tres interessante.
Je ne dis pas que personnellement j'arrive a voir comme cela a chaque fois, car quand on est envahi de penséés noires, et dans une periode ou tu es fragilisé par les circonstances difficiles de la vie, il est tres difficile d'avoir ce recul :-))
On peut donc s'aider a observer son esprit avec la pratique de la meditation.
Plus on pratique, plus on se rend compte du jeux de l'esprit. Absolument n'importe quoi comme penséés peut s'elever dans l'esprit, un vrai cinema et gratuit celui la :-))
Pour resumer, je pense personnellement que pour ne plus s'identifier a ces penséés negatives (car en s'identifiant, on cree une nevrose qui devient une phobie etc etc...:-)), on doit donc entrainer sa conscience a observer son esprit.Ce que j'appellerais l'entrainement de l'esprit au meme titre qu'un sportif doit s'entrainer pour arriver a des resultats.
Le resultat n'est pas la disparition total de ces penséés (car c est une fonction du cerveau qui fait partie de la condition humaine)mais le non attachement a ces pensées, car plus tu t'attaches, plus ton cerveau les alimentent, c'est bien connu non ? :-) comme plus tu bois ,plus tu vas uriner, ca aussi c'est bien connu :-)).
Voila , j'espere que j'ai pu apporter mon soutien a des personnes , par mon temoignage, et peut-etre une aide.

nb777 2Messages postés lundi 7 janvier 2013Date d'inscription 7 janvier 2013Dernière intervention - 7 janv. 2013 à 17:38
Bonjour,

Je souffre de phobies d'impulsion depuis 15 ans et votre réponse est très intéressante. Elle rejoint les propos du guide spirituel Eckart Tollé qui enseigne que nous sommes plus grands que nos pensées. Qu'il faut être le témoin de nos pensées pour se désidentifier du mental qui nous fait tant souffrir. Son livre "Pouvoir du moment présent" est très intéressant et je le conseille. Mais je consent, il est difficile de se détacher de son mental quand des pensées noires surviennent dans sa tête. On s'identifie, on rumine, on culpabilise, on se demande d'où viennent ces pensées, ces sensations de plaisir qu'elles procurent nous rendent fou ! J'ignore si on s'en sort un jour ! De mon coté je suis dans le creux dans la vague. Mais je me bats pour ma petite fille qui a droit à avoir un père. Mais l'idée du suicide me traverse l'esprit tous les jours tellement je souffre. Bon courage à mes amis phobiques d'impulsion.
Réponse
+1
moins plus
Je sais que c'est due à un gros manque de confiance en moi et énormément aussi à cause de mon tempérament qui me pousse sans cesse à la culpabilité en particulier par raport à mes parents. Ils ne m'ont pas couvé ouvertement mais de façon plus subtile et, de ce fait, perverse, plus pénétrante. C'est comme si je me devais d'être à eux , pour eux, et selon eux toute ma vie. C'est du moins ce que je ressens.
J'ai parfois su me débarasser de ces peurs mais elles reviennent tôt ou tard et c'est bien ça le plus déchirant. Quand un matin tu réalises que le calvaire recommence.
Pour le moment je suis obligée de reprendre mon traitement, je n'arrive plus à aller en cours, ces angoisses m'handicapent beaucoup trop dans ma vie quotidienne et polluent même mon espace de vie encore respirable jusqu'ici. Je fais une thérapie à côté parce que mon but est, quand même, de parvenir à supprimer le traitement, ensuite gérer seule.
Merci pour ta réponse, j'essaye de positiver, je hais qu'on me dise que je me laisse aller, que je suis lâche et que je ne fais aucun effort. Ma soeur mon père et mon mec voient les choses comme ça. J'aimerai que mon entourage , au moins, comprenne que ce que je vis ressemble d'avantage à du courage plutôt que de la lâcheté....Mais je crois que ma bulle a la destinée du vilain petit canard: que personne n'aime, personne n'écoute, et personne ne prend au sérieux.

Réponse
+1
moins plus
Me voici sur le forum et je ne sais pas par où commncer. Cela fais 5 semaine que je souffre de cela. Tout a commencé à la suite d'un cauchemar. J'ai eu la sensation que j'avais envi d'étrangler mes enfants ( mon ainée en particulier). J'ai paniqué jusqu'à finir à l'hopital en crise de panique. J'ai eu le droit à des anxiolitiques mais je suis dans le gaz lorsque je les prends. J'ai donc stopper cela . Je vais aller voir un psy pour comprendre d'où cela vient. Avec le recule , je me suis rendu compte que j'ai toujours eu une peur énorme qu'il arrive quelque chose mes enfants ( noyade, étouffements) mais mes gestes maternelles ont toujous été naturels (plus de 2 ans d'allaitement ect...) J'ai l'impresion d'être un monstre. Ces angoisses arrivent sans prévenir et je me rends compte que maintenant jai peur davoir ces angoisses ( le chien qui se mord la queue).
Ecrire m'aide beaucoup à rationnaliser. Mon mari est au courant et m'épaule tant qu'il peut. Il me dit de voir mes démons en face et d'essayer d'entrevoir la lumière que j'ai au fond de moi. Je pense m'être caché beaucoup de chose durant ces dernières années et tout remonte comme une explosion. J'aime mes enfants plus que tout mais par moment ces pensées viennent parasiter cet amour et j'ai peur qu'elles les ressentent. Je les ai couvé plus que de raison. J'ai l'impression d'avoir un trop plein et de ne plus pouvoir donner. PAr moment je me dit que seul le suicide peut stoppper cela car tout tourne dans ma tête. Quand la journée est finie, je me dis " j'ai encore tenue un jour c'est pas si mal". A d'autres moments j'ai l'imprsseion que tout va mieux. Je vais prendre rdv chez un homéopathe. En plus de la psy, je pense améliorer ma vie. C'est difficile de se sentir sur le bord du chemin et d'avoir la sensation que le monde continue de tourner. J'étais une fille pleine de vie et là je me sens morte.
Le problème avec cette maladie, c'est que l'on se sens victime et coupable à la fois. Victime de se sentir ainsi et dans la culpabilité de penser à ces choses horribles. Je me rends compte que l'infanticide est ce qui me répugne le plus et j'ai peur de devenir une meutrière. Je vois aussi que perdre un de mes enfants serait inconcevable et que j'en mourrai de chagrin.J'ai peur d'être le fruit de mon propre malheur.

Quand je lisais le mail sur les forum, je me disais comment peut-on écrire autant, mais c'est quand même très libérateur......

ca28di- 25 avril 2010 à 18:05
Oui c'est vrai que le suicide monte toujours plus ou moins intensément à notre esprit. Mais je reste persuadée qu'avec des médiacaments et une thérapie et ensuite quand on gère mieux, juste une thérapie profonde , on peut arriver à vivre avec tout ça , arriver à le stopper avant que ça explose. Là vous êtes dans la phase de crise, celle que j'ai eu il y a pas longtemps et que j'ai à répétition, il faut impérativement stopper ça au plus vite. Moi je suis rester dans une clinique un mois, il fallait que je m'écarte de mon quotidien et il y avait plein de mamans avec qui je me suis super bien entendu dailleurs qui étaient là pour diverses raisons. On etait tous là parce quand on arrive aux limites et qu'on se sent seule et desespéré il faut faire un gros break et être entouré de gens qui peuvent nous comprendre et nosu aider. Quand la periode de crise est passée on peut reprendre sa vie normalement et pouvoir commencer à faire un travail sur soi sans que ça nous handicape dans notre vie quotidienne. Mauvais plan je pense que de rester sans une aide médicale (anxiolitik) pour le moment je pense. J'ai des médicaments à prendre moi pour tout ça et ils ne m'endorment pas du tout, il ne faut juste pas boire d'alcool avec . Quand la crise passe on peut songer à les arrêter mais il faut accepter l'idée qu'au bout d'un moment on doit être soigné. Je ne dis pas que je pète la forme mais grâce à ma thérapie et mes médicaments jpeux surmonter tout ça. Prochainement j'espère stoper les médoc mais pour le moment jsuis trop fragile
Réponse
+1
moins plus
J'ai passé une excellente journée sans peur ou rumination. LA crise est derrière moi pour le moment. Les médicaments n'ont pas été si bien que cela pour moi. Je trouve qu'ils maquent mal les angoisses et pour ma part ces angoisses revenaient encore plus forte dès que je sentais que les médocs ne faisaient pas effets. J'avais encore plus peur de tout. Je reprends le travail demain. Je pense que cela va me faire du bien, et me changer les esprit. Même si les crises sont plus espacer, il ne faut pas pour autant les oublier afin de ne pas être surpris quand elles reviennent. Le tout étant que mon esprit arrive à se libérer et ne pas tourner en rond. Bonne soirée à vous tous et merci pour ta réponse!!!

moimoi- 29 avril 2010 à 17:09
1ère de course!!! super mais creuvant... cela fait un bien fou mais après les angoisses remontent. Je m'inquiète d'être bien. Il faut que je passe à l'étape " je suis bien et je ne dois pas culpabiliser!". La cupabilité est très importante dans les phobies d'impulsion. J'ai pris l'anxiolitique su soir pour réussir à finir ma soirée de façon complètement positive. Bref la journée d'hier était plutôt bien. Je pense que j'ai moins d'appréhension à prendre un anxio le soir car je ne suis pas médicaments. Je me bats plus contre eux et je ne les accepte pas complètement ( peur de dépendance). Mais bon..... Bonne soirée!
moimoi- 30 avril 2010 à 10:03
En relisant les messages du forum, on se rend compte qu'on est tous un peu "bonne pâte". J'étais du style à ne pas dir non. Mon mari m'a aidé à m'imposer même si je passais pour une forte tête. Le masque ne peut pas être porté éternellement. Je pense avoir porté des choses qui ne m'appartiennent pas en prenant des évènements trop à coeur ( faire plaisir à tout prix, être la gentil qui fait tout ce qu'elle peut ect. ). Je pense que j'arrive à accepter le fait que j'ai le droit de faire ce que j'ai envie sans culpabiliser ( le grand mot de notre mal) et de prendre du temps pour moi. Oui j'ai eu des pensées qui frôlent la démence et je dois réussir à me pardonner réellement. C'est plus facile à dire qu' à faire!.
J'attends toujours mon appel pour commencer ma thérapie. Je ne sais pa par quoi commencer. Si j'attaque par "bonjour , je sais de quoi je souffre"j'ai peur d'être vite classée. Je reste persuadée que tout cela remonte à bien plus longtemps que certain le pense. Par exemple j'ai eu la peur de ma vie une nuit en allaitant ma fille. Je me suis endormie et comme j'allaitais allongée, elle s'est retouvée sous la couette. Quand je me suis réveillée, j'ai cru que je l'avais étouffée. Ma louloutte dormait comme une bienheureuse mais je l'ai reveillée brutalement. Je m'en suis voulu à un point pas possible.
Durant mes grossesse, jai toujours eu peur de ne pas réussir à faire des bébés normaux, j'avais peur du handicap des malformations ( typique des phobique d'impulsion selon les homéopathes). J'ai même été persuadée que ma fille était trisomique. Je me disais " mais pourquoi les médecins ne me le disent pas?". Ma fille va très bien, elle est même très en avance selon le pédiatre tant en motricité qu'en language. ces pensées, je sais que ma mère les a ressenti ( peur de me jeter par la fenêtre car elle ne supportait plus mes cris perpétuels), peur de me faire tomber ( elle avait failli faire tomber une de ses nièces et ce fut un traumatisme car elle l'a rattrapée par le pied)
J'en suis à un point où , maintenant que des ctrises de phobies se sont déclarées, à ne pas vouloir un 3ème bébé. Mon mari commence à en faire le deuil mais c'est dure pour lui. Dans ma tête je me dis que pourquoi risquer d'avoir un 3ème bébé anormal alors que la vie m'en a envoyé 2 en parfaite santé?
Bref ça ne date pas d'hier, cela c'est amplifier jusqu'à l'explosion!
Tout cela pour te dire que toi aussi, tu portes peut-être les implants ( des choses qui ne t'appartiennent pas vraiment), mais que tu ressens du plus profond de tes cellules. J'ai lu pas mal de livres qui explique que la science tend à penser que la mémoire cellulaire existe belle et bien ( le psy David Servan-Schreiber en parle). Il est très critiqué mais il obtient des résultats. je suis les conseils des son livre "guérir". Il est très pertinent.
Peut-être que ce livre pourrait t'aider comme il m'a aidé.
Désolé pour tant de blaba, tu peux te venger en écrivant un message encore plus long.
Allez la vie est belle!!!! ouvrons nos 5 sens et profitons de la vie.
ca28di- 30 avril 2010 à 11:30
Oui la culpabilité fait partie de ma vie aussi, c'est très pesant et c'est mon gros probleme en particulier depuis deux ans . je veux m'émanciper, je fais ma crise d'adolescence trop tard, je veux grandir mais je culpabilise de ne pas être ou faire ce que mes parents aimeraient. Peur qu'ils soient tristes que je fasse ma vie, surtout ma mère, du coup j'ai peur tout cours d'aller au gré de MES envies. Mais je culpabilise pour rien même avec d'autres gens et je suis trop empathique, j'ai trop facilement de peine pour les autres. Ceci est une transition:
Ne vous posez pas 40 000 questions sur comment vous allez commencer votre thérapie, le comportement que vous devez avoir, ne prétendez pas savoir ce que va se dire le psy. Je fais ça constament et ça bloque mes paroles. je ne me libère pas assez pour que mon psy puisse avoir des renseignements nécessaires. Vous ne SAVEZ PAS ce que vous avez, si vous le saviez vous n'iriez pas faire une thérapie. Moi j'ai quelques éléments, j'ai eu le temps de m'analyser, sans parler des phobies d'impulsion que mon psychiatre m'a confirmé. Cependant c'est pas toujours due à un traumatisme ou autre. Par contre les éléments qui nous mène à cet état peuvent provoquer des traumatismes. J'en ai eu un bon nombre. Vous culpabilisez énormément et vous voulait toujours faire plaisir aux autres, être à la hauteur, rien d'étonnant donc à ce que vous ayez peur d'avoir un enfant handicapé ou de faire du mal à votre enfant. La fois de l'alaitement, je pense que c'est arrivé à beauuuuucoup d'autres femmes vous savez, sauf que votre émotion à peut-être été décuplé. Il faut donc creuser le pk de se besoin de faire POUR et SELON les autres et votre culpabilité constante. C'est en parlant de votre passé, de votre perspective d'avenir, du présent même jusqu'aux petites histoires agréables ou non de votre quotidien. Un psy veut TOUT entendre, parce que même dans la moindre de notre attitude ou de petites pensées qu'on a qui nous paraissent bénigne, il y a matière à réfléchir. Une thérapie est très longue, soyez vraiiiment patiente. N'ayez pas peur des médicaments, il en faut une très grosse dose pour être dépendante et j'en ai prit pour la première fois à 14 ans. C'était fort et ça me rendait molle et fantomatique. Pourtant quand ma periode de difficulté est passée mon medecin m'a dit que je pouvais les arrêter progressivement. C'est passé tranquillement. La dépendance est surtout psychologique bieeeen + que physique " je vais mal, ok il m'en faut" mais quand ça va mieux vraiment on fini même par oublié de les prendre. Si n vous en a prescrit c'est parce qu'il le FAU pour vous, votre entourage et pour que votre esprit s'apaise pour commencer agréablement le début de votre thérapie. A force vous n'en aurez plus besoin. J'en prend régulièrement dpuis que j'ai 14 ans mais j'ai su m'en passer complètement. Ma grand-mère en a prit toute sa vie, elle pour le coup c'était beaucoup psychologique et d'ailleur je crois qu'ils n'ont jamais vraiment servi à quelque chose alors vous savez.... Moi ce matin je me sens pas bien j'ai fait un cauchemare atroce ou la famille de mon amie d'enfanc que je revoyez après plusieurs années me racontait comment ils ont donner leur dernier né à manger à des chiens à cause du mari et la mère me racontait que toutes les nuits elle disait bonne nuit à son enfant inexistant. Agréable hein? Ben dans le rêve j'étais effrayée et écoeurée. Pk j'ai cauchemardé de ça? Déjà parc qu'ils ont retrouvé un bébé mort dans des toilettes je ne sais plus où en France, parce que je lisais la nouvelle biographie de Britney Spears et ils parlent des trois chiens de gardes enragées de jamie Spears, le père. Suant à mon amie d'enfance, allez savoir, je verrai avec mon psy, ça me fait un truk à raconter :-) Voilà j'ai écrit un roman tadammm!
moimoi- 30 avril 2010 à 17:00
record battu bravo!
les rêves sont vraiment quelques choses d'inquitétant mais ils montrent aussi une part de notre psychisme. Le cerveau doit faire des méli-mélo de la journée. c'est vrai que c'est angoissant mais ils doivent aussi servir à exorciser beaucoup de problèmes. Les personnes souffrant de phobie s'attachent à cela alors que les autres laissent glisser ces idées comme l'eau glissen sur les plumes d 'un canard. Le problème est ma peur d'avoir peur de faire quelque chose ( qui n'arrivera pas, je le sais). Le cauchemars de mes débuts fut qu'un homme prenait mes mains et me faisait étrangler mes filles. Je me suis reveillée pour ne plus me rendormir de la nuit. Cela a duré 3 nuits sans fermer l'oeil. J'a ensuite eu des somnifères durant 1 semaine. et maintenant je remonte la pente et mais je dois vivre avec cette culpabilité et c'est dur.
Le medecin qui m'a vu en début de semaine m'a parlé de décompensation post-traumatique ( mon mari a eu une tumeur aux méninges, avec opération en urgence et tout le toutime il y a 1 an). Je me reveillais 15 fois par nuit pour verifier si il respirait. En plus des filles qui ne faisaient pas leur nuit, autant dire que je n'ai pas passée de nuit sereine depuis 4 ans . ... et après je m'étonne de craquer. Je pense que l'adrénaline fait tenir mais quand la digue cède bonjour les dégâts!
Le médecin de ma belle mère m'a expliqué qu'il fallait recommencer à s'aimer, à se pardonner, à se recentrer sur sa propre personne sans pour autant oublier les autres. Cette note positive m'aide beaucoup.
Bonne séance pour demain ( j'ai hâte d'y aller moi aussi!) et bonne soirée
moimoi- 6 mai 2010 à 17:06
J'ai ma première séance lundi quel soulagement
Réponse
+1
moins plus
Tout comme vous je souffre de phobies d'impulsion depuis de nombreuses années. La première fois qu'elles sont apparues j'étais à table avec mes parents et tout d'un coup j'ai eu peur de tuer mon père. Cette peur était envahissante, morbide. J'étais pris en charge par un psy qui m'a sorti en partie de cette galère. Seulement quelques années plus tard j'ai tout d'un coup une l'idée d'étrangler ma fille que j'adore plus que tout au monde. Mon petit chouchou. Marre de ne pas comprendre la genèse de ces phobies, et voyant que je stagnais avec mon psy, je me suis dirigé vers une psy avec laquelle j'ai entrepris une TCC. Ma psy m'a affirmé, confirmé qu'à aucun moment je ne passerai à l'acte, car la phobie est une sorte de garde fou contre le passage à l'acte. Ceux qui tuent n'ont aucune peur. Ils tuent non seulement à froid mais de plus sans remord. Or, dans tous les cas des personnes comme moi frappées de phobies d'impulsion tout est intériorisé. C'est une colère refoulée. Enfant j'étais à l'école journellement harcelé et violanté par des gamins plus forts que moi qui m'exigeaient des bonbons, de l'argent. Et je m'en voulais de ne pouvoir me défendre. Aujourd'hui lorsqu'une personne me parle mal, je me sens faible, donc j'ai peur, donc je ne dis rien, et donc les phobies apparaissent. Et les phobies font peur. Et la bouche est bouclée comme me l'a expliqué ma psy. Le mieux c'est de pouvoir extravertir sa peur en disant aux stresseurs ce que l'on pense d'eux.
Si vous voulez m'écrire je suis prêt à vous écouter et partager avec vous vos craintes.

Bisous à toutes et tous.

Karine- 11 avril 2011 à 17:32
Salut
Je comprends ce que tu veux dire. Ces phobies d'impulsion sont juste la manifestation d'une colère refoulée. C'est avant tout le sentiment soit de ne pas avoir été suffisamment protégé, soit d'être prisonnier et de ne pas pouvoir se libérer d'un "amour" étouffant. Les phobies d'impulsion nous indiquent qu'il est temps de penser à nous et de nous émanciper. Seulement on a peur parce qu'on en a pas l'habitude.
Réponse
+1
moins plus
Bonjour,

cela fait maintenant plus de 2 mois que je me bats contre ces phobies. Tout a commencé un soir, lorsqu'au moment d'aller me coucher après avoir fini un livre particulièrement violent, je me suis vue faire du mal à mon ami. J'ai cru mourir sur le coup, et je me suis sentie particulièrement monstrueuse. J'ai fini par en parler à une psychologue, qui m'a rassurée: non, je ne passerai pas à l'acte, si j'étais une tueuse en série potentielle, je ne serais pas devant elle à me mettre dans cet état.
Depuis les crises se sont un peu espacées, mais arrive de temps à autre. Je les redoute en fait, et passe beaucoup de temps à ruminer "pourquoi je pense à ça, qu'est ce qui m'arrive et du coup je vais forcément y penser". Je précise que je vais me marier l'an prochain, et que le fait d'avoir ces pensées est d'autant plus dur pour moi que j'aime sincérement mon ami, et que je ne supporterai pas de vivre sans lui. Je suis quelqu'un de très angoissée, qui a toujours peur qu'il lui arrive quelque chose. Ces peurs ont été renforcées lorsque l'un de mes cousins, dont je suis très proche, a été diagnostiqué d'un cancer, et qu'un de mes collègues est mort de façon brutale à 28 ans (mon ami vient de fêter ses 27 ans).
J'essaye de me convaincre que tout ça est dans ma tête, que je peux m'en sortir. Et je veux m'en sortir. Il y a des moments où tout va bien, ils sont de plus en plus nombreux, et d'autres où c'est plus difficile, parce que j'ai peur de mes pensées. Et systèmatiquement dans ces cas là, une pensée négative va surgir. Comment faire en sorte de ne pas y penser, comment les combattre? Merci pour vos témoignages.

annlise90- 1 nov. 2011 à 10:47
Ah enfin ca fait tellement du bien de savoir que l'on est pas le seul dans ce cas !!! eh bien moi aussi je pense souffrir de ce type de phobies d'impulsions !! J'ai fait un séjour en psychiatrie de 1 mois. j'avais de terribles et même invivables angoisses (sueurs, pleurs, tremblements, repli sur moi-même, je n'osais pas approcher l'objet de mon angoisse) qui me pourrissaient la vie depuis quelques jours, et je ne savais absolument pas ce que c'était !!

J'avais une envie terrible de me suicider, des idées noires, mais au moment de vouloir passer à l'acte, je m'en sentait incapable, et cela m'est arrivé à maintes reprises, c'est là que j'ai compris qu'en fait il s'agissait de pensées obsedantes, qui me terrifié à l'idée qu'elles se réalisent !! Parce que je me disait au fonc de moi non je n'ai envie de mourir !!! Mais ses pensées m'envahissaient le cerveau, et je n'arrivait plus à rien faire, même les choses qui me font plaisir !!! et ce type de pensées se passent même envers autrui, notamment mes parents, surtout ma mère avec qui j'ai une relation trés fusionnelle, je n'ai absolument pas envie de la perdre et je l'adore, mais il y a des moments où j'ai d'un coup l'idée de vouloir la poignarder ou l'étrangler, et j'ai eu trés peur parce que je l'aime tellement !!!

J'ai l'impression que ce séjour en psy, m'a aidé mais n'a fait que le 1/4 du travail, parce que une fois rentrée, j'avais de nouveau ces idées obsedantes, et maintenant surtout envers ma mère, parce que je vis encore avec elle (d'ailleurs, j'ai tellement peur de lui faire du mal que je me dis que la seule solution de ne lui en faire, c'est de me tuer, mais au final est ce que je vx vrmt mourir ?) !! Je prends du Xanax et du zoloft pour calmer tout ça ! Ca fait son effet, bien que je sens que je dois tout de même gérér en gde partie de moi même ces angoisses !!
J'ai consulté un psy, pdt 7 ans, pour des TOCS. Ca m'a aidé, mais bon apparemment pas assez ! du coup je pense changer !!!
J'arrive à gérér plus ou moins à certains moments, même si ca reste trés difficile ! Au moment où je sens arrivé ces idées de vouloir faire du mal, et bien je pense tout de suite à autre chose où je m'occupe, et ca marche !!! Mais ces phobies sont encore existantes, mais juste mises de côté !!!
Alors j'aimerais savoir s'il est possible de guérir de ces phobies, ou seulement apprendre à les gérer ? J'ai peur de souffrir de ça toute ma vie, et de ne pas vivre normalement ! =S

Je pense que c'est aussi une bonne thérapie de parler avec des gens qui rencontrent le même problème, als merci de vos témoignages !
H&M- 9 janv. 2012 à 17:49
Je souffre aussi de phobies d'impulsions depuis cet été, le jour de mon anniversaire plus exactement. J'étais comme vous, à me demandez quand est ce que ça finirait. Il y a eu plusieurs "étapes de phobies" :
- Ne pas aimer mon copain mais aimer encore mon ex
- N'être en fait pas hétérosexuelle, mais être homosexuelle
- Être capable de tuer ou de violer mes petits frères.
Certaines, après une thérapies longue avec passage obligé à l'hôpital (car ces phobies entrainaient chez moi une dépression), ont disparu pour ne revenir que partiellement et furtivement ! Mais une est resté et j'ai la phobie (ou pas) qu'elle s'avère être vraie : que je n'aime pas mon copain.
Le pire, après ces pensées, ce sont les tests que je fais constamment, les questions obsédantes découlant de coïncidence qui ne veulent strictement rien dire (exemple : si j'entends le prénom de mon ex, qu'est ce que cela veut dire? ; Si mon copain m'envoie un message et que je ne le voit que 10 minutes après...).
Ces phobies sont terribles et je sais ce que vous vivez mais il ne faut pas perdre espoir et en parler le plus possible.
Par contre, ceux qui ont suivit une thérapie, comment faîtes vous pour contrôler ces angoisses ? Le psychiatre vous a-t-il donner des conseils ? Vous a-t-il dis à quoi c'était dû ? Est ce obligatoirement dû à un "trop" d'amour de nos parents ? Parce que moi je n'ai pas du tout, du tout, cette impression... Et le fait que les phobiques soient décrit comme gentil et pas méchant pour un sous m'étonne : je suis gentille, généreuse et ris ENORMEMENT mais il m'arrive d'avoir des accès de colère et d'être méchante et blessante.
J'ai parlé de ces phobies très tôt à ma famille, mes amies.. ect. Mais cela ne m'as pas suffit, il a fallu démarrer une thérapie avec médicament (Zoloft, et Atarax que j'ai arrêté depuis). Mais je conçois le fait que certaines personnes n'en ai pas besoin.
Je n'ai pas l'habitude d'écrire sur des forums, mais c'est un sujet "trop grave" pour ne pas parler de mon expérience.
Il est vrai que je n'ai que 17 ans, et que la vie est devant moi...

Merci d'avance des réponses que vous pourrez me donner.
ourson- 8 mai 2012 à 01:54
Oufffffffffff ! cela fait du bien de lire ça. Depuis la naissance de mon 2ème, je n'ai que de mauvaises pensées et c'est envers lui. Il est adorable et calme mais j'ai toujours envie de le passer pas la fenêtre ou de le faire tomber... je suis décidée à aller voir un psy car cela me plonge dans une profonde dépression. Je suis quelqu'un de stressé et d'angoissé. Je suis rassurée de savoir que ces troubles portent un nom. Merci à toutes pour vos témoignages !
Réponse
+1
moins plus
bonjour je souffre des memes choses que vous j'ai peur de me faire du mal peur que l'on me fasse du mal peur de faire du mal aux autres c'est tres difficile je culpabilise je manque de confiance en moi
aidez moi les personnes qui s'en sont sortis merci repondez moi svp

Réponse
+0
moins plus
Salut shouu, je me reconnait dans ton message. J'ai moi aussi des phobies d'impulsion parfois, les mêmes que les tiennent, genre tuer des proches, j'ai été voir sur internet et ça m'a soulagé de voir que c'était pas grave, qu'on passe pas a l'acte, parce que je commençais vraiment moi aussi a flipper ! Et j'ai aussi eu des tocs vers 11-12 ans. Mais de toute façon, un fou ne se rend pas compte qu'il est fou, donc on ne l'es pas ! Des fois ça me revient, mais c'est moins pire qu'avant quand même. Je pense que ça vient principalement d'un gros manque de confiance en soi, en tout cas c'est mon cas. Et comme tu dis tout le monde a déja eu ces pensées insensées ( waou pour une fois que je fais une rime ! ^^), simplement les personnes qui ont bien confiance en eux ne les remarque pas, ils les laissent passer...

Voila :)

jaja- 22 mars 2011 à 07:36
bonjour
la crise d' angoisse vient la nuit je dort et sans comprendre pourquoi j' ai une crise qui ne dure qu' une minute je me reveille j' ai peur pourquoi je ne sais pas je me sens etouffée cela ne dure qu' une minute et en suite j' ai les jambes qui tremble
Réponse
+0
moins plus
Merci encore de vos messages, ça m'a vraiment fais du bien de voir que je ne suis pas la seule :)
Depuis que j'ai lu ça, sachez que je me sens beaucoup mieux , j'arrive à me dire que tout ça , c'est seulement mes pensées mais que cela ne sert à rien de s'apitoyer dessus :)
J'y pense encore mais beaucoup moins, espérons qu'elles disparaissent un jour ou l'autre ces Salopes !
Encre merci :)

Réponse
+0
moins plus
Bonjour,
Pour ma part mes angoisses ont commencé qd j'avais 7 ans. Peur d'être empoissonnée, peur de mourir pendant la nuit, peur des microbes jusqu'à ne plus pvr aller à la cantine ou même à l'école. Des phobies d'impulsion sont apparu à la même époque, je me fixais une idée en tête et la transfomait en angoisse. J'étais sûre que si je tirait ma langue vers l'arrière ou si je m'arrêtais volontairement de respirer je mourrais. Alors j'étais en combat quotidien avec mon inconscient pour ne pas le faire. Jusqu'à ce qu'on me dise que ce n'était pas possible.
Plus je grandissais plus ces phobies se développaient et survenaient en periode de stresse, quand je passais une etape dans ma vie ( brevet, bac, fac), pdt les périodes joyeuses (Noël, aniversaires..) et defaçon de plus en plus intense. Peur de mourir d'une maladie, peur de me tuer, des couteaux, des cordes, être seule aec moi- même. Puis peur de tuer mes parents, de devenir cannibale, de m'égorger et j'en passe. première depresion et 14 ans avec 10 jours de repos à l'hosto. Puis rebelote il ya 3 mois, depression avec 1 mois dans une clinique specialisée dans la psychologie ( non, pas un HP). Ca n'aservi à pas grand chose. Perdition totale dans ma vie, peur insupportable tous les matins de me jeter sur les raisl comme si on m'y poussait. Peut de faire du mal aux gens, ma famille etc. de m'arracher un oeil et j'en passe. Voilà la vie que je mène depuis 13 ans. Et pourtant je suis ne jeune fille comm tout le monde mais qui n'a jamais pu être aidé. Je me demande ce que j'ai.

Réponse
+0
moins plus
Juste pour ajouter que ta famille comprenne ton mal être, mais ne peuvent jamais vraiment ressentir ce qu'on a, imagine toi à leur place, c'est compliqué à expliquer aux gens cette maladie bizarre, mais j'ai pris mon courage a deux mains, et j'ai raconté ce calvers. Meme s'ils te comprennent pas forcément, ils t'aiment quand même et je pense qu'ils n'ont pas trop de solutions pour t'aider, à part le psy. En tout cas, il y a des milliers de forums sur les phobies, qui peuvent t'aider pour discuter ave beaucoup de personnes. On est là pour ça. ;)

Réponse
+0
moins plus
Oui j'ai consulté pas mal de forum là-dessus. C'est bien le premier sur lequel des gens me répondent des choses pertinentes et motivantes. Un peu marre des questions en provenance de curieux qui me montrent bien que c'est bizarre ce que j'ai.
Merci pour vos réponses, ce que vous me dîtes ce n'est pas des choses que j'apprend mais ça fait toujours du bien de l'entendre de la part des autres.
Je suis dans la fase coriace durant laquelle je peux essayer de me convaincre mais je n'y arrive que lorsque je me sens vraiment apaisée ou que quelque chose me rend heureuse. En ce moment c'est rare puisque je suis en depression depuis des mois. Désolé de vous infligé mes démons cmme ça:-(
Le psychiatre m'a represcrit des médocs, je les arrêterai quand je me sentirais mieux, mais en attendant ça me rassure et aujourd'hui j'ai prit les transports sans trop de déboire. Donc je suis plutôt "content".
Je sais que j'aime mes parents, j'en ai jamais douté, à tel point que j'ai certainement une peur profonde de vivre sans eux, d'où peut-être mon envie affreuse de partir pour me détacher de cette dépendance. Je ne sais pas.
J'en ai déjà parlé à des amies dans ma vie. La première m'a envoyé des message atroces à la première disputes du genre " retourne dans ton asile de fou" juste avant de le répéter aux personnes qui allaient, forcément , faire de ce secret une déclaration publique. Et la seconde, jalouse de moi sans que je sache pourquoi, n'a rien trouvé de mieux à faire, le jour où elle a décidé qu'elle avait envi de trouver d'autres amis, que d em'envoyer des messages , frôlant le harcelement, où elle me poussait à me suicider , me rabacher que gt folle et que je n'avais pas d'amis. Je précise à tous que j'ai jamais été folle, que j'ai toujours eu des potes, que quand je suis heureuse je suis une pile éléctrique et que je n'ai rien de pitoyable comme cette anan a voulu me le faire croire. Voilà... tout ça pour dire qu'en parler pour moi.... c'est un second calvaire.

PIANO210- 25 janv. 2011 à 22:55
La folie n'appartient qu'à ceux qui la profère. Ce que je veux dire par là ce sont vos stresseurs qui ont besoin de se faire soigner et non vous. Moi aussi je suis phobique d'impulsions et je ne me sens pas du tout fou. Car je me soigne grâce à une psy, je suis sous anti-dépresseurs et me sens tout à fait normal.

Bisous à vous et ne vous en faites pas.
Restez forte.
Réponse
+0
moins plus
rectification " contente"

Kissou75 62Messages postés mercredi 24 mars 2010Date d'inscription 30 mars 2014Dernière intervention - 9 avril 2010 à 21:15
Cela fait pas mal de temps que je n'ai^plus ces phobies, mais sachez que , de plus , j'ai réalisé une chose : une fille m'a embrouillé en boite de nuit, et quand je l'ai revu dans ma ville, elle me parlait super mal. Je n'osais rien lui dire, car je n'osais vraiment pas m'affirmer, j'avais peur, ce qui en résute du gros manque de confiance en moi. C'est comme ça que je réalises qu'au fond, je suis quelqu'un d'hyper sensible, qui se laisse toujours faire, avec la peur du conflit, donc incapable de tuer quelqu'un je le sais. Je pense que mes phobies viennent donc de se problème de confiance en soi.
ca28di- 10 avril 2010 à 00:32
Je crois que nous sommes tous d'accord pour dire que ce forum nous mène finalement vers des notes possitives! Personnellement je suis dans ma fase positive donc c'est facile, maintenant en periode de crise je pense que ça ne m'aurait aidé que partiellement. Kissou75 tes (je me permet le tutoiement) conseils ont toujours été très perspicaces et je t'en remercie. Je suis contente que tu ais pu selectionner cette piste à creuser qui pourrait être la source de tes phobies. Quant à vous gentilmoi, il faudrait que vous puissiez chercher quelle(s) est/sont la/les cause(s) de ces idées obsédantes qui sont, vous le dites vous même, totalement incensées. Il est important de ne pas se dire " c'est passé maintenant j'oublie", parce que je vis avec ça depuis 13 ans et ça part comme ça revient parfois des années après mais ça foudroie. Un mal profond est à la source de nos craintes , autant être armer pour les vaincre en cas de récidives . Non ? Rien de mieux qu'une thérapie longue mais enrichissante, c'est pas parce qu'on se sent guerit que la douleur c'est envolée. Je parle en mon cas, j'ai toujours fuis les psy à partir du moment où jrevivais normalement, et quand mes phobies revenaient elles m'assomaient puissance 1000. Alors je me lance dans une recherche longue mais , je l'espère, concluante.
gentilmoi 3Messages postés vendredi 9 avril 2010Date d'inscription 10 avril 2010Dernière intervention - 10 avril 2010 à 12:24
bjr
je reprends un demi lysanxia car je ne veux pas me laisser envahir de nouveau
il faut que je prenne confiance en moi, car c la clé de mes peurs de toute facon
mais comment prendre confiance en soi, lorsque l'on a peur de ses pensées ?
ce n'est pas facile
je ne veux pas que ma petite fille de 5 ans me regarde comme une maman malade, alors je fais tout pour qu'elle ne ressente rien, je ne veux pas qu'elle devienne comme moi plus tard
bonne journée
ca28di- 11 avril 2010 à 20:25
C'est ma grande peur, d'être maman et que que mon enfant ressente mes peurs, ressente le fait que je ne suis pas "stable" psychologiquement, dans le sens ou je ne me sens pas sereine et épanouie. Comment se donner quand on arrive pas à se sentir entier soi-même? C'est difficile tout ça, mais nous ne sommes ni les premiers ni les derniers qui ont ce problème de confiance en soi. Faut gérer du mieux qu'on le peu. Quand à ce trait de caractère qui est l'angoisse. peut-être en effet que votre petite fille sera du genre angoissée, moi je le suis parce que je le tiens de ma grand-mère, mon grand-père et toute la famille du côté paternel. Mais de là à avoir les même angoisses, non je ne pense sincèrement pas , ce n'est pas une maladie héréditaire, c'est un tempérament et uen fragilité qu'il faut juste apprendre à gérer.

Bonne soirée
Kissou75 62Messages postés mercredi 24 mars 2010Date d'inscription 30 mars 2014Dernière intervention - 15 juin 2010 à 00:54
Gentilmoi et ca28di, j'espère avoir de vos nouvelles depuis le temps ! :)
Réponse
+0
moins plus
bonjour je souffre de phobie d impulsion et je me sent seule angoisse et ne sait plus que faire c est horrible moi j ai envie de tuer mes nieces et la vue d un couteau m angoisse aider moi car je n en peut plus je ne peut pas voir mes nieces comme je veux et j evite tout contact merci de me repondre

Kissou75 62Messages postés mercredi 24 mars 2010Date d'inscription 30 mars 2014Dernière intervention - 25 juin 2010 à 20:49
Je ne ferai que me répéter, mais je comprend que ça fait du bien quand on nous répond :)
Il faut que vous compreniez que tout ceci est dans votre tête, que vous aimez tellement à vos nièces que vous imaginez le pire. Vous ne voulez pas les perdre, vous vous croyez folle de penser des choses aussi horribles , mais JAMAIS ceci ne se réalisera. Tout se passe dans votre tête, vous vous faites des angoisses toute seule, un vrai tueur ne serait pas sur ce site en train de débattre et de comprendre la raison de ces problèmes. Ne vous inquiétez, et surtout n'évitez pas vos nièces, au contraire, passer votre temps avec elle, affrontez les couteaux, mettez vous dans la tête que JAMAIS vous ne passerez à l'acte.
Pour vous rassurer, vous pouvez lire le commentaire que j'ai écrit à mjoko la dernière fois ( je vous fait le copié collé ) :

" Bonsoir mjoko, sache qu'il ne faut jamais s'inquiéter et paniquer, ça ne ferai qu'aggraver les choses. Déjà, il faut que tu te dises que tu ne commetras JAMAIS cet acte monstrueux. Tout ceci ne sort que de ta propre pensée qui te joue de sales tours. Les crises d'angoisse, ça arrive à tout le monde au moins une fois, et c'est vrai que ça a de très mauvaises conséquences. Ecoute, tu dois être une personne vraiment très stressée, il faut que tu te calmes, que tu te dises que le seul moyen de pas avoir peur commence par le cerveau. Si tu crois à ces pensées négatives, tu vas t'enfoncer profondément dans le noir. Tout ça sort de ton imagination, lutte contre ces pensées qui te pourissent la vie, je suis passée par là et je me suis dit au final que tout ceci sort de mon imagination, t'imagine le pire car tu ne veux pas perdre les personnes concernées, comme ta mère à qui tu tiens énormément. Si tu vois que tu n'y arrives pas, consulte. Mais sache que ce mal être a une source qu'il faut dénicher. Pour mon cas par exemple, tout ceci venait de mon manque de confiance en moi. Avoir confiance en soi, c'est être sur et certain de nos gestes ( par exemple). Dans mon cas, je m'imaginais capable de tuer ma mere, mon pere puis c'est venu sur mes amis, BREF, on sait à l'intérieur de nous que nous ne sommes pas fous, il faut juste que ton esprit s'en rende compte. Comme je le disais dans mes messages précédents, un vrai fou ne se rend pas compte de ses actes, il réfléchit pas comme toi tu réfléchis à cette instant. Ce que tu as s'appelle donc une phobie d'impulsion, et cette phobie est la preuve directe que tu ne deviendras jamais un criminel, bien au contraire, alors rassures toi ! Je comprend qu'au début, ça fait très peur. Mais il faut vraiment lutter contre tout ceci, on a qu'une vie, alors profitons en et oublions ces problèmes ;) Je peux te donner quelques techniques si tu veux pour lutter contre ça ( ça a marché pour mon cas ^^)
- Quand tu sens que tu commences à avoir de mauvaises pensées, dis toi " Mais pourquoi je pense à ça, N'importe quoi, je sais que je ne suis pas capable de faire ça, c'est mon cerveau qui me joue des tours, je suis quelqu'un de bien, je pense à ça parce que j'aime ma mère, ma famille" et relativise, souffle, occupe toi.
- Tout le monde pense à ça, alors essaye d'en parler avec une amie très proche ( je l'ai fait avec une amie qui m'a meme avouée qu'elle avait eu les mêmes idées que moi, comme quoi ! lol )
- Dans ma tête, je me dis " Bon allez au bout de 10 je n'aurai plus peur, la peur me sert à rien, juste à créer un stress incessant" puis tu comptes en respirant calmement.
- Affronte les lieux que tu détestes ( comme la cuisine ou il y a des couteaux etc) , c'est comme ça que tu arriveras à évacuer la phobie.
- Le soir, dans ton lit, écoute de la musique ou lis un livre, histoire de t'endormir vite sans penser à tout ça, la nuit est un moment de solitude où on pense à n'importe quoi.
En conclusion, seul toi est maitre de ton corps, alors il faut que tu ais un mental d'acier et résister à tout ceci. J'ai passé cette étape et je m'en sors très bien ;) certes, il y a des moments où j'y repense, mais ceci ne dure que quelques minutes et la vie continue :D
Juste avant de te laisser, j'aimerai te demander si tu es quelqu'un de plutôt réservé dans la vie ou si tu es quelqu'un qui ne te laisse pas faire , agressif quand on t'attaque ?
Sur ceux, je te souhaite beaucoup de courage et de chance, et si tu as une question, je suis là pour ça, ne t'inquiètes pas. "


Bonne chance à vous Fatima, tout le monde peut se sortir, essayer de prendre ceci à l
Kissou75 62Messages postés mercredi 24 mars 2010Date d'inscription 30 mars 2014Dernière intervention - 25 juin 2010 à 20:51
essayez de prendre ceci à la légère, ne jamais croire à une maladie incurrable, ce n'est pas vrai.* Pardon du beug ^^
Ce document intitulé « HELP ! phobies d'impulsion » issu de Sante-Medecine (sante-medecine.commentcamarche.net) est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite. Sante-Medecine.net adhère aux principes de la charte « Health On the Net » (HONcode) destinée aux sites Web médicaux et de santé. Vérifiez ici.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.